Nouveau décès lié au vaccin AstraZeneca en Belgique

Nouveau décès lié au vaccin AstraZeneca en Belgique
AFP / J. Mabrolata

Un troisième décès lié à une inoculation du vaccin contre le covid-19 d’AstraZeneca a été recensé en Belgique, ressort-il jeudi de la mise à jour hebdomadaire du nombre d’effets indésirables réalisée par l’AFMPS. Au total, quatre décès sont désormais liés à une vaccination contre le coronavirus dans le pays.

Le décès fait suite à un cas de thrombose avec syndrome de thrombocytopénie (STT), une combinaison de caillots sanguins et d’un faible nombre de plaquettes.

Un troisième cas

Deux autres décès survenus en Belgique avaient déjà été liés à Vaxzevria, le vaccin d’AstraZeneca. Le premier cas concernait un syndrome de fuite capillaire, une affection très rare caractérisée par une fuite des vaisseaux sanguins entraînant un gonflement des tissus et une baisse de la pression sanguine. L’autre cas est la thrombocytopénie immunitaire, dans laquelle les patients produisent des anticorps qui se fixent à la surface de leurs propres plaquettes.

Une personne est également décédée des suites d’un STT après avoir été traitée avec le vaccin de Johnson &amp ; Johnson.

« Il s’agira toujours d’un concours de circonstances »

L’AFMPS souligne que dans les quatre cas, « le lien de causalité avec le vaccin est considéré comme probable ». « Cela ne signifie toujours pas qu’il est sûr à 100 % que le vaccin en est la cause. Il s’agira toujours d’un concours de circonstances », souligne Ann Eeckhout, porte-parole de l’AFMPS, qui souligne ainsi que le rapport bénéfice-risque des vaccins contre le Covid-19 reste positif.

Au total, 19.015 effets indésirables après vaccination contre le Covid-19 ont été signalés jusqu’au 15 juin. À cette date, 5.639.068 Belges avaient reçu au moins une dose de vaccin.

Des effets indésirables

Parmi ces signalements, 6.008 ont été enregistrés dans la base de données européenne de pharmacovigilance Eudravigilance. La grande majorité concernait de la fièvre, des douleurs musculaires, des malaises et des réactions au site d’injection, qui disparaissent généralement après quelques jours.

Les effets indésirables ont été plus fréquemment signalés après l’administration de la deuxième dose pour ce qui concerne les vaccins à ARN messager (Pfizer/BioNTech et Moderna), tandis qu’avec le vaccin d’AstraZeneca, ces signalements ont plus souvent eu lieu après la première dose.

L’AFMPS considère 4.072 signalements comme graves, principalement en raison d’une incapacité temporaire de travailler ou de quitter le domicile. À l’exception des quatre cas décrits ci-dessus, aucun lien de causalité formel avec le vaccin n’a cependant été établi.

L’AFMPS demande aux personnes de continuer à signaler les effets indésirables via son site web.