Manifestation nationale: on fait le point sur les perturbations dans les transports en commun

Manifestation nationale: on fait le point sur les perturbations dans les transports en commun

FGTB, CSC et CGSLB se rassemblent ce mercredi à 10h place de la Monnaie à Bruxelles pour faire entendre leurs voix. Les syndicats ne se contentent pas des mesures prises jusqu’ici par les autorités fédérales pour aider les particuliers à affronter la crise énergétique.

Quels impacts sur les transports en commun ?

Estimant qu’une partie du personnel de la Stib et De Lijn pourrait en outre prendre part à la mobilisation, ces deux entreprises avaient adressé une mise en garde à leurs clients concernant la journée de ce mercredi.

-> Concernant la Stib, seules les lignes suivantes sont exploitées ce matin :

Métro : ligne 1 (prolongé jusqu’à Erasme)

Tram : lignes 3, 4, 7 (dévié depuis De Wand vers Esplanade), 8, 9, 51 (limité à Cimetière de Jette), 92

Bus : lignes 12, 36, 46, 53, 54, 56, 59, 71, 87 (prolongé depuis Simonis jusqu’à Etangs Noirs), 95

Les autres lignes de métro, de bus et de tram ne sont pas exploitées ce matin. La situation est donc très perturbée sur le réseau du métro, 7 lignes sur 17 fonctionnent pour les trams et 1/4 voire 1/3 des lignes du côté des bus, résume la Société des transports intercommunaux de Bruxelles. La Stib a d’ailleurs mis en place un contact center (070/23.20.00) pour renseigner les voyageurs.

-> Le réseau Tec est également fortement perturbé. Retrouvez la liste des lignes concernées à Charleroi, à Liège-Verviers, dans le Hainaut et dans le Brabant wallon sur le site de l’entreprise.

-> Au nord du pays, De Lijn estime que seuls 60 % de ses véhicules roulent ce mercredi.

-> Enfin sur le rail, la SNCB ne s’attendait pas à une grande perturbation. La porte-parole de la Société nationale des chemins de fer belges l’a confirmé ce matin : le réseau de la SNCB n'est pas impacté par les actions syndicales annoncées ce mercredi matin. "Nous ne notons pas de perturbations particulières liées au mouvement syndical, tous les trains circulent normalement", a-t-elle précisé.

Pourquoi les syndicats manifestent ?

Les syndicats s’étonnent du caractère très éphémère des récentes mesures annoncées par le gouvernement, comme les réductions sur la facture énergétique pour les mois de novembre et décembre. « Quid du gros de l’hiver ? », interroge la FGTB. « À l’heure où de nombreuses familles ont vu leur acompte énergétique mensuel doubler, voire tripler, l’aide accordée semble insignifiante, mais aussi beaucoup trop limitée dans le temps. »

Pour les représentants des travailleurs, il n’y a pas trente-six solutions : il faut une véritable justice fiscale. « En taxant les surprofits des entreprises, notamment énergétiques, on pourra dégager des moyens suffisants et mettre en œuvre un plan de soutien efficace et pérenne. »

La CSC rappelle, pour sa part, qu’il n’est pas question de toucher à l’indexation automatique et que des salaires décents sont indispensables afin de permettre aux familles de supporter les coûts de l’énergie et de la vie en général.

Le rassemblement et cortège ne constituent en effet qu’un coup de semonce du camp syndical. Une grève générale interprofessionnelle est déjà annoncée pour le 9 novembre.