L’Ocam s’inquiète de la montée de l’extrémisme de droite

L’Ocam s’inquiète de la montée de l’extrémisme de droite

Le djihadisme reste la menace la plus importante pour notre pays, mais l’extrémisme de droite est en « forte progression », souligne le rapport. Le centre fédéral met explicitement en garde contre le rôle que jouent les réseaux sociaux, en tant que lieu de rencontre en ligne pour les extrémistes de droite.

L’Ocam n’est pas le seul à faire ce constat. Les autres services de renseignement et de sécurité du pays ont également émis des avertissements au sujet de la montée de cette idéologie l’an dernier. « L’activité accrue des extrémistes de droite sur Internet, y compris dans notre pays, souligne le danger émanant des récits d’extrême droite », indique le rapport. À noter que les mèmes sont explicitement mentionnés par l’Ocam comme un « moyen sournois » de diffuser le racisme et les théories du complot.

Pas de « projet concret » d’attentat

La menace croissante de l’extrémisme de droite peut notamment être mesurée au regard du nombre de personnes figurant dans la Banque de données commune (BDC). En trois ans, celui-ci est passé d’une vingtaine à plus de 50.

Le rapport annuel de l’Ocam relève néanmoins que rien ne semblait indiquer, l’an dernier, l’existence de projets concrets d’attentats planifiés par des extrémistes de droite dans notre pays. La situation a changé cette année avec Jürgen Conings. Le militaire avait en effet été classé comme extrémiste potentiellement violent dans la BDC.