Les personnes non vaccinées sont surreprésentées aux soins intensifs

Les personnes non vaccinées sont surreprésentées aux soins intensifs
Belga / N. Materlinck

Si, en chiffres absolus, l’équilibre est de mise, il est toutefois utile de rappeler que les personnes non vaccinées ne représentent qu’un quart de la population totale, et seulement 14 % de la population adulte. Une nuance importante, puisque les patients en soins intensifs mineurs représentent une part infime des lits occupés (pour cette période : 8 entrées sur 274).

L’incidence pour cette période, calculée sur 14 jours pour les admissions en soins intensifs, est de 4,6 pour 100.000 personnes non vaccinées et trois fois moindre pour les personnes totalement vaccinées (1,6).

Par tranche d’âge, la différence est particulièrement marquée chez les 18-64 ans : l’incidence est de 0,6 dans cette catégorie d’âge pour les personnes totalement vaccinées et de 8,7 chez les non vaccinées. Cette différence diminue mais reste importante chez les 65-84 ans : 5,4 pour la première catégorie contre 23,7 pour la seconde. Enfin, l’écart tend à se réduire pour les plus de 85 ans (3 contre 7), mais les personnes de cet âge étaient particulièrement peu nombreuses à entrer en soins intensifs lors de la période observée (11 personnes).

Même constat pour les hospitalisations

Ces observations sont également valables pour les hospitalisations, indépendamment de leur durée et gravité. Sur la même période, l’incidence des hospitalisations pour 100.000 personnes était de 3,5 pour les citoyens âgés entre 18 et 64 ans totalement vaccinés, contre 30,4 pour les personnes de la même tranche d’âge non protégées par un sérum. Une fois de plus, la différence tend à se réduire quand on avance dans les générations, mais elle était toujours importante chez les 65-84 (de 31,4 à 99,1), et légèrement positive chez les plus de 85 ans (80 contre 116,5), ici encore peu nombreux.

Même constat pour les contaminations : l’incidence était de 565,4 pour 100.000 personnes vaccinées, contre 1.376,1 chez les personnes pas ou pas entièrement vaccinées. Là encore, la différence tend à se réduire en avançant dans les âges.