Les pédiatres conseillent aux parents de nourrissons de rester très prudents face à Omicron

Les pédiatres conseillent aux parents de nourrissons de rester très prudents face à Omicron
Ph. Unsplash

La Covid-19 est une maladie relativement bénigne pour les enfants. Petra Schelstraete, spécialiste des maladies pulmonaires et infectieuses (UZ Gent) l’a encore confirmé hier. Néanmoins, après une infection au coronavirus, les enfants peuvent développer une réaction inflammatoire rare mais grave : le syndrome inflammatoire multisystémique (PIMS). C’est l’une des raisons pour laquelle les experts recommandent aux parents de vacciner leur enfant.

Des enfants en unités pédiatriques

D’ailleurs, ces dernières semaines, les pédiatres belges ont constaté dans les unités pédiatriques une augmentation du nombre d’admissions d’enfants atteints du syndrome multi-inflammatoire multisystémique. « Ces manifestations surviennent généralement 4 à 6 semaines après une infection même asymptomatique et les derniers cas sont plus que probablement liés au variant Delta », a expliqué Dimitri Van der Linden, pédiatre et porte-parole de la task force pédiatrique, à la DH.

Les parents de nourrissons doivent limiter leurs contacts

Dimitri Van der Linden a indiqué que les pédiatres belges constataient actuellement une augmentation de nombre d’hospitalisations pour des nourrissons de moins de trois ans. Ceux-ci sont « admis pour fièvre, essentiellement pour surveillance du fait du jeune âge et de la crainte d’infection bactérienne qui doit être traitée précocement dans ce groupe d’âge », a détaillé le pédiatre. Il a précisé qu’en général, ces nourrissons ne restaient que deux ou trois jours à l’hôpital et qu’il n’y avait pas de complications. Néanmoins, il a tenu à rappeler aux parents de nourrissons d’être prudents et de limiter au maximum les contacts avec l’extérieur.