Les navetteurs disent au revoir au masque dans les transports publics ce matin

Les navetteurs disent au revoir au masque dans les transports publics ce matin
Belga / L. Dieffembacq

S’il n’est plus obligatoire, le masque reste toutefois recommandé dans les lieux très fréquentés ou dans les environnements de soins tels que les maisons de repos ou chez les dentistes, les kinés, les psychologues et les logopèdes. Une bonne ventilation des espaces intérieurs demeure également vivement recommandée. Il ne reste plus obligatoire que dans les hôpitaux, dans les cabinets médicaux et dans les pharmacies qu’il reste obligatoire.

La décision d’abandon quasi généralisé du masque obligatoire a été prise vendredi par le comité de concertation, qui en a profité pour désactiver le baromètre Covid qui était en code jaune depuis le mois de mars.

Il n’y a donc désormais plus, non plus, d’interdiction des voyages non essentiels depuis l’extérieur de l’Union européenne, ou d’obligation de se faire tester ou d’observer une quarantaine de 10 jours. Le PLF ne doit plus être rempli et il n’est plus nécessaire de présenter un certificat de vaccination, de rétablissement ou un résultat de test en cours de validité. La mesure ne s’applique cependant pas aux voyageurs provenant d’un pays confronté à la présence d’un nouveau variant préoccupant. Mais aucun pays n’est actuellement dans ce cas.