Les 1% des Belges les plus riches détiennent à eux seuls un quart des richesses

Les 1% des Belges les plus riches détiennent à eux seuls un quart des richesses
Ph. Pixabay

Selon l’étude, l’extrême richesse et l’extrême pauvreté ont augmenté simultanément pour la première fois en 25 ans. Au niveau mondial, les 1 % les plus riches ont également capté près des deux tiers de l’ensemble des nouvelles richesses créées depuis 2020, soit 26.000 milliards sur un total de 42.000 milliards. Oxfam a calculé que la fortune des milliardaires a augmenté de 2,7 milliards de dollars par jour alors qu’au moins 1,7 milliard de travailleurs vivent dans des pays où l’inflation dépasse la hausse des salaires et que plus de 820 millions de personnes souffrent de la faim.

Les profits dans l’alimentation et l’énergie ont notamment fait bondir les avoirs des plus riches l’année dernière, ajoute le rapport. Ces secteurs ont réalisé 306 milliards de dollars de bénéfices exceptionnels, dont 84 % (257 milliards de dollars) ont été reversés aux actionnaires.

Les inégalités n’ont jamais été si creusées

« Alors que le pouvoir d’achat de l’immense majorité de la population mondiale est en baisse, la concentration des richesses aux mains des super-riches atteint des niveaux inégalés. En seulement deux ans, cette décennie s’annonce comme la meilleure pour les milliardaires », analyse Julien Desiderio, chargé de plaidoyer en justice fiscale pour Oxfam Belgique. « Il est temps de déconstruire le mythe selon lequel les réductions d’impôts accordées aux plus riches ont pour effet de faire profiter tout le monde de leur richesse. Les quarante dernières années de réductions d’impôts pour les super-riches n’ont sorti personne de la pauvreté. »

L’imposition des plus riches et des grandes entreprises constitue justement « la seule option logique » pour compenser les conséquences des multiples crises actuelles, juge l’organisation. Elle milite pour une « augmentation systémique et de grande ampleur » de la fiscalité sur les personnes les plus fortunées afin de récupérer les gains réalisés lors des crises sanitaire et énergétique. Selon une étude à laquelle Oxfam a participé, une taxe allant jusqu’à 5 % sur les multimillionnaires et les milliardaires du monde entier pourrait rapporter 1.700 milliards de dollars par an, « ce qui suffirait à sortir deux milliards de personnes de la pauvreté ».

L’organisation invite également le gouvernement belge à instaurer un impôt unique de solidarité sur la fortune et à étendre le champ d’application des impôts sur les bénéfices exceptionnels. Elle propose en outre de taxer le patrimoine des 1 % les plus riches à des taux progressifs afin de redistribuer les ressources pour financer la relance, la transition écologique et les services publics.

Retrouvez toute l’actu sur metrotime.be