Le variant indien se propage : « Il y a de fortes chances qu'il devienne dominant en Belgique »

Le variant indien se propage : « Il y a de fortes chances qu'il devienne dominant en Belgique »

Ce jeudi, Marc Van Ranst accordait une interview dans les colonnes du Morgen. L'occasion pour le virologue flamand de revenir sur les décisions qui ont été prises lors du dernier Codeco. Selon lui, « le Comité de concertation prend des risques ». « Ma plus grande critique à l'égard du Comité de concertation est que le seuil de 500 lits en unité de soins intensifs ne sera pas abaissé davantage comme condition pour les assouplissements de juillet et août. D'ici là, nous devrions être bien moins de 500 lits en USI », a-t-il détaillé.

« Nous allons échanger des variants »

L'expert s'est également exprimé sur les mutations du coronavirus, qu'il juge « logique ». Leurs effets sont cependant inquiétants : « Cela conduit-il à des patients plus gravement malades et à des admissions en soins intensifs ? Cela nuit-il à l'efficacité de nos vaccins ? Sinon, il est possible de vivre avec de nombreux variants ».

Contrairement à Piet Maes, Marc Van Ranst estime que le variant indien devrait devenir dominant. « « Il y a de fortes chances que le variant indien devienne dominant en Belgique. Au Royaume-Uni, il est déjà en hausse. Et la même chose peut nous arriver. D'autant plus que, quelle que soit la façon dont on voit les choses, d'ici l'été, nous allons échanger des variants », a-t-il expliqué.

Classé comme «préoccupant» par l'OMS

Depuis le mois d'avril, ce variant a été diagnostiqué à de multiples reprises en Belgique, comme dans 43 autres pays. Rien que le week-end dernier, une vingtaine d'infections par le variant indien du coronavirus ont été rapportées dans notre plat pays.

Le variant indien a été classé cette semaine par l'OMS comme «préoccupant». Il est l'une des raisons -mais pas la seule- qui explique l'explosion de la pandémie en Inde et le pire foyer de la pandémie dans le monde à l'heure actuel. Il a rejoint la liste de trois autres variants, ceux apparus d'abord en Grande-Bretagne, Brésil et Afrique du Sud, qui sont considérés comme plus dangereux que la version originale du coronavirus, soit parce qu'ils sont plus contagieux, meurtriers ou résistants à certains vaccins.

En ce qui concerne le variant apparu en Inde, il a été ajouté à la liste parce qu'il est plus contagieux.

Lire aussi : La peste porcine a-t-elle été indirectement à l'origine de la Covid-19 ?