Le suspect mineur d’un meurtre homophobe à Beveren s’enfuit de son institut: la police activement à sa recherche

Le suspect mineur d’un meurtre homophobe à Beveren s’enfuit de son institut: la police activement à sa recherche
Ph. Belga

L’adolescent de 16 ans résidait déjà depuis six mois à l’institut spécialisé dans l’accueil des jeunes délinquants De Zande, à Wingene. « Il s’est enfui samedi soir, avec un autre jeune de l’institut », a confirmé le commissaire en chef de la police de Tielt à Belga.

« Les deux garçons se sont échappés par le toit », explique Nele Wouters, la porte-parole de l’agence flamande en charge de l’Aide à la jeunesse Opgroien. « Le personnel de l’établissement a immédiatement appelé la police et a fouillé les environs, sans résultat. Nous travaillons avec la police, le ministère public, le tribunal de la jeunesse et les familles des mineurs pour les retrouver. La plupart des jeunes qui fuguent sont retrouvés dans les 48 heures », poursuit-elle. « On ne sait pas exactement pourquoi ils ont pris cette décision, ils séjournaient dans l’établissement depuis un certain temps et suivaient une trajectoire de reprise en main. »

Hameçonné via Grindr

Le mineur est suspecté de l’assassinat de David P, dont le corps avait été retrouvé début mars à Beveren dans un parc situé à proximité d’une ligne de chemin de fer, à hauteur de Lesseliersdreef. Via l’application de rencontre Grindr, la victime avait été attirée dans le parc par les trois suspects mineurs, avant d’être violemment battue. Les adolescents originaires d’Anvers, de Verrebroek et de Kieldrecht avaient déjà eu affaire à la police et au tribunal de la jeunesse pour vol et vandalisme notamment. Ils ont tout d’abord été placés à Everberg par les tribunaux d’Anvers et de Termonde, avant d’être transférés ensuite dans un autre institut.

De son côté, la famille de la victime regrette la manière dont elle a appris la nouvelle. « Nous n’avons pas été informés de quelque manière que ce soit. Nous regrettons d’avoir dû apprendre la nouvelle par les médias », a déclaré l’avocat Laurent De Clerq. « Nous espérons que cette fugue ne retardera pas la procédure, bien que nous craignions le contraire ».