Jürgen Conings introuvable, la chasse à l’homme se poursuit

Jürgen Conings introuvable, la chasse à l’homme se poursuit
Belga

Les services de police et les unités de la Défense à la recherche de Jürgen Conings, un militaire armé en fuite, fouillent une zone d’un périmètre de pas moins de 20 kilomètres, a indiqué jeudi le directeur-coordinateur (DirCo) de la police fédérale limbourgeoise, Robin Minten, lors d’un bref moment de presse.

«Nous voulons être minutieux dans notre travail de recherche et avancer en toute sécurité dans une zone parfois difficile d’accès en raison des forêts, des buissons et des plans d’eau», a-t-il expliqué, avant d’esquiver toute question relative à la présence ou non du militaire fugitif dans le parc national de la Haute Campine. Il a par ailleurs dit ne pas savoir si le quadragénaire était toujours en vie ou s’il avait fui.

Les troupes fouilleront «aussi longtemps qu’il le faudra»

Le DirCo ne s’est pas étendu davantage sur la tactique utilisée pour les recherches ou encore sur le nombre d’hommes déployés sur le terrain.

«Les opérations de recherche prennent du temps. Hier, nous avons rapidement balayé la zone et aujourd’hui, nous la fouillons de manière plus approfondie», a-t-il indiqué. «Il risque d’y avoir encore beaucoup de questions sur la raison pour laquelle les recherches durent si longtemps mais comme vous pouvez le constater, il s’agit d’un très grand parc naturel. C’est donc compliqué de faire une recherche rapidement», a-t-il expliqué en soulignant que les troupes mobilisées continueront à fouiller «aussi longtemps qu’il le faudra».

Aucune information n’a été donnée sur le périmètre qui a déjà été ratissé à ce stade.

Des recherches durant la nuit ?

«Nous verrons plus tard s’il est nécessaire de poursuivre les recherches pendant la nuit. Nous voulons absolument fouiller toute la zone et voir si l’on peut ensuite s’accorder une pause ou non. Nous ne savons en fait pas si la personne en fuite se cache ou se déplace», a spécifié Robin Minten, qui était encerclée par une foule de journalistes nationaux et étrangers à la porte d’entrée «De Salamander» du parc national de la Haute Campine.

Une enquête interne pour détecter d'éventuelles "erreurs"

Une enquête interne a été lancée au sein de la Défense pour mettre en évidences d'éventuelles "lacunes" dans le fonctionnement de ses services dans le cadre de l'affaire de Jürgen Conings, ce militaire soupçonné de sympathies d'extrême droite, a affirmé jeudi soir le "patron" de l'armée, l'amiral Michel Hofman.

"Il y a peut-être des erreurs", a-t-il affirmé à l'agence Belga, alors que la traque du fugitif se poursuivait dans la région de Maasmechelen (Limbourg), dans le nord-est du pays, avec des moyens policiers - notamment venus des Pays-Bas, du Luxembourg et d'Allemagne -, ainsi que militaires. L'enquête a été confiée à l'Inspecteur général de la Défense, le général-major Peter Devogelaere, a ajouté l'amiral Hofman, qui a souhaité disposer des résultats "au plus vite". Selon le chef de la Défense (Chod), cette enquête doit "mettre le doigt sur des lacunes ou des dysfonctionnements" au sein des Forces armées.