Interdire l’alcool dans les camps scouts: bonne ou mauvaise idée?

Interdire l’alcool dans les camps scouts: bonne ou mauvaise idée?

Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet (MR) a fustigé lundi la décision de quatre communes wallonnes d’interdire la présence d’alcool lors des camps organisés par les mouvements de jeunesse sur leur territoire.

« Il faut vivre avec son temps », estime Jeholet

« Il faut vivre avec son temps. Si l’on veut interdire, alors il faut interdire (la consommation d’alcool) partout », a réagi lundi le libéral en commission du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles lors d’un débat sur les camps d’été des mouvements de jeunesse.

Selon lui, pareille décision stigmatise inutilement les mouvements de jeunesse et les fait passer « pour des irresponsables ». Or, « ils essaient de prendre toutes les mesures (face à cette consommation d’alcool). Ils ont un grand sens des responsabilités », a jugé le Hervien.

« Interdire purement et simplement, c’est de la démagogie gratuite », a-t-il ajouté.

La presse annonçait ce week-end que quatre communes wallonnes (Florenville, Chiny, Bouillon et Andenne) avaient décidé, suite à de mauvaises expériences, d’interdire la présence d’alcool lors des camps de mouvements de jeunesse cet été.

Objectif pour ces communes : pouvoir réagir plus fermement en cas de problèmes graves.

Une mesure « inutile et disproportionnée »

Le ministre flamand de la Jeunesse Benjamin Dalle (CD&V) avait déjà réagi à cette annonce, estimant la mesure « inutile et disproportionnée ».

La Fédération des Scouts de Belgique avait, elle, dit préférer la sensibilisation des animateurs plutôt que d’émettre des interdictions difficiles à faire appliquer, selon elle.