Inodnations de juillet : les procédures aux barrages ont bien été respectées

Belga / N. Maeterlinck
Belga / N. Maeterlinck - Belga / N. Maeterlinck

L’analyse a été commandée par le ministre quelques jours après les inondations. Son premier volet, concernant le déroulé des événements, a été rendu public lundi.

«Le rapport montre que nous avons effectivement subi une catastrophe extrême à laquelle nos systèmes de prévention n’ont pas été préparés», a déclaré Philippe Henry. «Les barrages ont joué un rôle important pour limiter la crue. Bien sûr, à un moment, le barrage d’Eupen a été plein, ce qui n’a pas permis de retenir la totalité de l’eau. Cependant, les procédures ont été suivies et les infrastructures dont celle d’Eupen ont été gérées sur base des méthodologies prévues», a-t-il ajouté.

Situation complexe

La réserve minimale du barrage d’Eupen aurait notamment été doublée, mais cela n’a pas été suffisant compte tenu de la quantité de précipitations, selon l’analyse indépendante.

«Il n’y a pas eu de lâcher d’eau. C’est un ensemble d’éléments qui ont mené à la situation que nous avons connue: la brutalité des précipitations, la saturation des sols ou encore le fait que des déchets soient emmenés et provoquent des bouchons dans le réseau. Il est compliqué de reconstituer le déroulé exact des événements, mais c’est beaucoup plus complexe que ce que certains ont laissé entendre, notamment concernant le barrage d’Eupen», a encore expliqué le ministre, sur base du rapport.