Il vit un cauchemar depuis qu’il a été percuté par un chauffard en rentrant de l’école

Il vit un cauchemar depuis qu’il a été percuté par un chauffard en rentrant de l’école
Ph. Facebook

Le 27 mai dernier, Yanni Serverius est rentré chez lui à vélo après sa journée passée à l’école à Lier. Le parcours, il le connaissait bien puisqu’il l’empruntait quotidiennement. Oui mais voilà. Ce jour-là, l’adolescent de 17 ans a été percuté par une voiture à l’intersection entre la Mechelsebaan et la Dijkstaplei. Une violente collision qui a propulsé Yanni dans le ruisseau situé à côté de la route.

« Je ne me souviens pas du tout de l’accident »

Transporté d’urgence à l’hôpital, Yanni est plongé dans le coma. Ce n’est qu’un mois plus tard qu’il reprend enfin connaissance. « Je ne me souviens pas du tout de l’accident », raconte-t-il à nos confrères de la Gazet van Antwerpen. C’est d’ailleurs sa famille qui doit lui expliquer ce qu’il s’est passé. « J’étais vraiment dans un sale état : mes deux genoux, ma jambe gauche, mes orteils et une clavicule étaient cassés. J’ai également souffert d’une hémorragie cérébrale et d’un collapsus pulmonaire », liste le jeune homme.

Il le sait, il est très chanceux d’être là aujourd’hui pour en parler. D’autant qu’en plus des blessures liées à l’accident, Yanni a également dû faire face à une bactérie dangereuse qu’il a contractée lorsqu’il était dans le ruisseau.

Une hospitalisation qui se prolonge

Si l’épreuve a été difficile à vivre, elle est loin d’être finie. Trois mois après les faits, Yanni est toujours à l’hôpital et souffre encore énormément. « J’espère que tout va guérir et que je pourrai être à nouveau le même », confie-t-il. Le jeune homme précise qu’il avait également beaucoup de projets pour cet été. Des plans qu’il n’a pas pu réaliser. « Selon les médecins, je ne peux pas rentrer chez moi tout de suite. Cela pourrait ne pas être avant la mi-septembre ou même plus tard. »

Des mois de convalescence et de rééducation qui ont un prix. La facture totale est assez élevée et sa famille a dû organiser un événement pour récolter des fonds. Une fête à laquelle le jeune homme n’a cependant pas pu participer. « Les médecins m’ont dit que je ne pouvais pas y aller. À cause de Corona et de mon traitement médical. J’étais vraiment déçu. Heureusement, ils m’ont envoyé des films en direct de tout ce qui se passait. De cette façon, je pouvais tout suivre depuis mon lit d’hôpital. »

Yanni est en colère contre le chauffard

Quant au conducteur qui a provoqué l’accident, Yanni n’a eu aucune nouvelle de sa part. « Suis-je en colère contre lui ? Bien sûr que je le suis. C’est à cause de lui que je me retrouve ici. Je ne me souviens pas de l’accident mais j’ai entendu dire qu’il aurait fait une manœuvre de dépassement à un endroit où ce n’était pas du tout nécessaire. Il roulait aussi trop vite. Il a probablement dû faire une embardée et a fini sur la piste cyclable où je me trouvais à ce moment-là. Ni ma famille ni moi n’avons eu de nouvelles de cet homme. Aucun appel téléphonique ou message pour demander comment je vais ou pour m’excuser. Absolument rien. »

Le jeune homme espère désormais vite passer à autre chose et ne pense qu’à rentrer chez lui afin de terminer ses études d’informatique. Et il l’assure : il continuera de se rendre à l’école à vélo. Même s’il doit en racheter un puisque le sien a été brisé en deux lors de l’accident.