Il assure sur Facebook qu’un animal est mort de faim à Pairi Daiza et doit payer des astreintes de 223.000€

Il assure sur Facebook qu’un animal est mort de faim à Pairi Daiza et doit payer des astreintes de 223.000€
AFP / J. Guerrero - Photo d’illlustration

Un habitant d’Aywaille, président de l’ASBL Wolf Eyes qui lutte notamment contre la captivité des animaux, a été condamné à payer 223.000 € d’astreintes, rapporte Nord-Eclair. Selon les informations du journal, l’homme était poursuivi par le parc Pairi Daiza et par son président après plusieurs publications calomnieuses sur les réseaux sociaux.

Dans une de celles-ci, le condamné indiquait qu’un orang-outan était mort de faim dans le parc en juillet 2019. Une affirmation que réfute Pairi Daiza qui explique que l’animal a perdu la vie des suites d’une malformation congénitale indécelable. Une autre publication, sur l’origine d’un rhinocéros blanc, avait également fait bondir la direction du parc.

Face au refus du président de Wolf Eyes de supprimer ses publications, un tribunal liégeois l’a donc condamné au civil à payer 223.000 € d’astreintes. S’il ne paye pas la somme demandée, il pourrait être contraint à payer par « la saisie-exécution mobilière de ses biens ».