Horeca, voyages, événements… Voici ce qu’il faut retenir du dernier Codeco

Horeca, voyages, événements… Voici ce qu’il faut retenir du dernier Codeco
Ph. Belga

Horeca

Les établissements Horeca pourront rouvrir en salle à partir du 9 juin, a confirmé vendredi le Premier ministre, Alexander De Croo, à l’issue du comité de concertation. L’heure de fermeture aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur a été harmonisée à 23h30. L’heure d’ouverture passe quant à elle de 8h à 5h.

Certificat européen

Le Comité de concertation a également fixé les règles pour des voyages « libres et sûrs » dans l’Union européenne avec l’aide du certificat européen Covid attendu pour le 1er juillet. Parmi ces règles, certaines visent particulièrement les zones à très haut risque de variants préoccupants du coronavirus.

Pour les ressortissants belges ayant passé un séjour à l’étranger, aucune obligation de quarantaine ou de test ne sera imposée au retour de zones vertes ou oranges. Pour les retours de zones rouges, seules les personnes disposant du certificat européen Covid ne devront pas se mettre en quarantaine.

Comme déjà indiqué, ce certificat peut être obtenu de trois manières différentes. La première est le cas d’une vaccination complète. La Belgique entendra par vaccination complète un délai de deux semaines après la dernière dose, que ce soit celle d’un vaccin à deux doses ou d’un vaccin unidose comme le Janssen (Johnson and Johnson). Le certificat peut aussi être obtenu avec un test PCR négatif datant de moins de 72h ou avec un certificat de rétablissement.

Autre mesure d’assouplissement pour les Belges de retour d’une zone rouge : les personnes qui se feront tester à leur arrivée (jour 1 ou jour 2) ne devront pas se mettre en quarantaine. Pour les jeunes à partir de 12 ans, un test PCR négatif sera demandé, mais les enfants de moins de 12 ans en seront dispensés.

Zones à risque

Les gouvernements du pays ont en outre instauré un mécanisme de « freinage d’urgence » pour les retours de zones bien spécifiques : celles dites à très haut risque parce qu’y circulent un ou des variants préoccupants. Une quarantaine de 10 jours sera obligatoire, avec test PCR aux jours 1 et 7. Cette obligation s’applique aussi aux personnes ayant une vaccination complète ou ayant déjà effectué un test qui s’est révélé négatif dans le pays en question.

Les mêmes règles valent pour les non-résidents arrivant en Belgique, s’ils viennent d’un pays de l’UE. Mais pour ceux venant d’un pays hors-UE, la vaccination par l’un des vaccins agréés par l’UE (ce qui n’est par exemple pas le cas des vaccins russe et chinois actuellement) sera requise, ainsi qu’un test PCR à l’arrivée.

Il leur sera même interdit d’entrer s’ils sont non-Belges et non-résidents et qu’ils viennent de passer, au cours des 14 derniers jours, par une de ces zones à très haut risque du fait de la présence de variants préoccupants. Une exception est prévue pour les voyages essentiels du personnel de transport et des diplomates. Ces personnes devront toutefois obligatoirement respecter une quarantaine de dix jours et passer un test PCR au jour 1 et au jour 7. La quarantaine peut uniquement être interrompue pour des motifs essentiels.

Dans tous les cas, les voyages à destination de pays situés en dehors de l’Union restent vivement déconseillés.

Dix astuces

Le comité de concertation a également mis en avant dix trucs et astuces pour permettre à la population de profiter pleinement de cet été. Ils feront l’objet d’une élaboration plus approfondie par le commissariat du gouvernement à la lutte contre le coronavirus et d’une campagne de communication. « Cet été ne sera pas encore comme un été normal mais si nous suivons ces règles de base, nous pouvons vraiment envisager un merveilleux été, un été qui sera plus léger », a expliqué le Premier ministre, Alexander De Croo.

Ces dix recommandations sont bien connues. La première d’entre elles incite à la vaccination, la deuxième rappelle l’importance de se laver les mains et d’éternuer dans son coude, la troisième de rester chez soi et de contacter son médecin en cas de symptômes. Les différents gouvernements invitent aussi à ne pas hésiter à recourir à des autotests si l’on n’est pas vacciné, par exemple avant une visite, à privilégier les réunions en petit comité et en plein air, à garder le masque sauf si toutes les personnes du groupe sont vaccinées, à aérer et à ventiler les espaces intérieurs, à garder ses distances ou encore à rester prudent même en voyage.

Événements

Des événements « de grande envergure » pourront être organisés sous conditions à partir du 13 août et accueillir jusqu’à 75.000 personnes. « Les participants à ces événements « devront disposer d’une couverture vaccinale complète (soit une ou deux injections, selon le vaccin utilisé) depuis deux semaines ou montrer patte blanche » avec un test PCR négatif de moins de 72 heures », ont précisé les autorités. « Il se peut en outre que l’on organise des tests rapides antigéniques sur place », précisent-elles.

Le nombre de visiteurs est plafonné à 75.000, un chiffre qui ne tient pas compte des équipes d’organisation. Une trentaine d’évenements-test sera organisée dans la période allant du 1er juillet au 31 août. Des événements rassemblant quant à eux un maximum de 5.000 personnes pourront être organisés à partir du 30 juillet aux mêmes conditions, a indiqué le ministre-président wallon, Elio Di Rupo. « C’était une demande forte et je suis heureux que le comité de concertation ait accédé à cette demande », a-t-il souligné.