Grève de la faim des sans-papiers: Sammy Mahdi rejette les solutions temporaires et maintient son cap

Grève de la faim des sans-papiers: Sammy Mahdi rejette les solutions temporaires et maintient son cap
Belga / E. Lalmand

« J’ai toujours dit que nous n’étions pas à une table de négociation (avec les grévistes de la faim, NDLR), mais à une table d’information », a indiqué jeudi matin le secrétaire d’État à l’asile et la migration. Chaque dossier doit être examiné individuellement, et avec « humanité ».

Depuis le début de la crise, le secrétaire d’État CD&V rejetait le principe d’une régularisation collective, tout comme celui de solutions temporaires. « Le temporaire ne fait pas avancer les choses », répète-t-il.

Selon le secrétaire d’État, de l’assistance juridique et un accompagnement psychosocial sont prévus pour les personnes qui logent depuis des semaines sur les trois sites.

Pour les dossiers faisant appel à une régularisation médicale (article « 9ter »), il y a une différence entre l’analyse de la recevabilité de la demande, sur base d’une attestation de la santé fragile de la personne actuellement, et le traitement sur le fonds, qui a lieu ensuite. Là, on regarde si le demandeur pourrait recevoir un traitement adéquat dans son propre pays. « Cela n’est pas le but d’envoyer quelqu’un directement du lit d’hôpital vers un avion (…), mais on ne va pas non plus donner à tous une sorte de possibilité de séjour temporaire ici ».