Flambée des prix du carburant: jusqu’où vont-ils grimper? Un expert répond

AFP / F. Fife
AFP / F. Fife - AFP / F. Fife

« Depuis deux à trois mois, on a assisté une spéculation sur une reprise plus qu’intense de l’activité économique. Mais de manière rationnelle, les stocks sont reconstitués et l’on sait désormais répondre à la demande », décrypte Olivier Neirynck, directeur technique de la Brafco, la Fédération belge des entreprises actives dans le commerce et la distribution de combustibles et carburants.

Vers une stabilisation

« On va assister dans les prochaines semaines et les prochains mois à une stabilisation des prix des produits pétroliers finis, que ce soit pour l’essence, le diesel ou le gasoil de chauffage. »

Pour lui, l’essence à 2 € le litre tient donc davantage du fantasme. « Je n’y crois pas du tout à cette augmentation vertigineuse des prix », poursuit-il. « Sauf s’il survient un événement géopolitique majeur qui viendrait perturber le marché. Mais comme ce n’est pas à l’ordre du jour, je n’y crois pas. »

Une baisse est-elle envisageable ?

Pour Olivier Neirynck, une baisse des prix n’est pas non plus à exclure totalement. « Je vais rajouter une couche », lance-t-il. « Si la situation sanitaire devait engendrer un quatrième ou un cinquième confinement, et donc un ralentissement économique, les prix repartiront à la baisse. Et quand je vois la prudence des experts, je pense que nous ne sommes pas à l’abri d’une prochaine baisse. »