Festivals, vacances, resto en terrasse: notre été va-t-il nous coûter un pont?

Festivals, vacances, resto en terrasse: notre été va-t-il nous coûter un pont?
Belga

Des festivals de plus en plus chers

-> La bière : Ce week-end, la saison des festivals a officiellement avec notamment le Graspop. Les premiers festivaliers ont ainsi déjà pu avoir un avant-goût de la hausse des prix. Du côté du festival Live is Live qui s’est tenu sur la plage de Zeebruges, il fallait compter 3,5 € pour 25 cl de Jupiler et 6,5 € pour la version 50 cl (et 1 € de caution pour le gobelet). I faudra s’y faire, les festivals seront plus chers. Au Graspop, le prix des jetons pour acheter à boire et à manger est passé de 2,75 € à 3,30 €, soit une augmentation de 20 % depuis la dernière édition.

-> La frite mayo : Grand classique des festivals, la frite mayonnaise n’est pas épargnée par la hausse des prix. À Werchter, comptez 7 € pour un cornet de frites avec sa sauce. Au festival LaSemo aussi les prix augmenteront. Le prix du verre de bière devrait tourner autour de 3 €, contre 2,8 € l’an passé. « Le burger – faits avec de la bonne viande et du bon pain – passe de 8 à 9€ », a déjà indiqué l’organisateur du festival à nos confrères du Nord Eclair.

Le prix des vacances augmente

Selon les enseignements du Grand Baromètre RTLINFO/Ipsos/Le Soir, 53 % des Belges partiront en vacances cet été, même la majorité admet que les hausses de prix auront un impact sur la manière dont ils organiseront ce séjour. Parallèlement, 19 % des Belges ne partiront pas en vacances car ils n’en ont pas les moyens. Il faut dire que le budget a considérablement augmenté cette année.

-> En avion : Face à l’augmentation des prix de l’énergie et des carburants, le prix de billet d’avion s’est envolé cet été. De plus, depuis le 1er avril, une nouvelle taxe est entrée en vigueur en Belgique. Elle est de 10 € par passager pour les vols vers une destination située à moins de 500 km de Zaventem et de 4 € pour un vol « long-courrier » vers un pays qui ne se trouve pas l’Espace économique européen, au Royaume-Uni ou en Suisse.

-> En voiture : Les vacances en avion coûtent donc plus cher. Avec le prix du carburant, les vacances en voiture aussi. Tout cela, dans un contexte où, selon la fédération des tour-opérateurs, le budget moyen des Belges pour partir en vacances cet été a diminué de 4 %.

-> Se loger : L’hébergement n’échappe pas non plus à la hausse de prix. En France, 25 % des professionnels de l’hôtellerie et de la restauration ont déjà augmenté leur tarif et près de la moitié (45 %) envisage de le faire au cours des trois prochains mois. Là encore, c’est la hausse des prix de l’énergie qui explique cette augmentation. Entre la climatisation dans la chambre et le coût de l’énergie utilisée pour chauffer l’eau de la piscine ou pour cuisiner, les dépenses explosent aussi pour les hôteliers et les restaurateurs.

Deux exceptions 

-> Le bus : Si vous souhaitez partir en vacances ou en city trip, les voyages en bus semblent, pour le moment, être épargnés par les augmentations. Des compagnies comme Ouibus, Flixbus ou Eurolines relient la Belgique à de nombreuses destinations européennes. FlixBus propose jusqu’à 30 liaisons par jour entre Bruxelles et Paris avec des tarifs qui commencent à 9,99 €. « Nous ne répercutons pas le prix de la hausse du carburant sur nos tarifs », a récemment expliqué l’entreprise à La Libre.

-> Les croisières : Après près de deux ans d’interruption à cause de la crise sanitaire, les croisières reprennent aussi du service. Les prix ont-ils aussi explosé ? « Globalement, non, les croisières ne sont pas plus chères cet été qu’en 2019 », a expliqué à La Libre, le président pour la Belgique et le Luxembourg, de l’association internationale des compagnies de croisières (Clia).

Et en terrasse ?

S’installer en terrasse lors des beaux jours pour boire un verre ou pour déguster un plat fait partie des petits plaisirs de l’été. Si au niveau des boissons, il n’y a pas eu de hausses spectaculaires ces derniers mois, l’addition pourrait quand même être plus salée que d’habitude si vous vous installez pour manger. En effet, le prix de nombreux produits a augmenté ces derniers mois (huile de cuisson, viande, poisson, farine…). Ajoutez à cela, l’augmentation du prix de l’énergie nécessaire au bon fonctionnement d’un établissement et vous comprendrez mieux pourquoi cela se répercutera inévitablement sur la note finale.