Est-on obligé d’accepter le nouvel acompte de sa facture d’énergie?

Est-on obligé d’accepter le nouvel acompte de sa facture d’énergie?
Belga

Cette semaine, suite à l’allocution de Vladimir Poutine et à son annonce d’une mobilisation partielle en Russie, le prix du gaz est reparti à la hausse. Mercredi, sur le principal marché à terme néerlandais, le gaz naturel voyait son prix croître de plus de 9 %, pour atteindre 212 € par mégawattheure. Si ces prix élevés se maintiennent, les ménages belges moyens doivent s’attendre à payer jusqu’à 7.500 € par an pour leur gaz et leur électricité, soit une facture de plus de 600 € par mois.

Comme les prix, les acomptes explosent

Avant la crise énergétique, on avait l’habitude de payer un acompte mensuel fixe, calculé en fonction de la consommation et de la taille du ménage et de l’habitation. Une fois par an, votre fournisseur faisait le compte : soit il vous remboursait si vous aviez payé trop, soit il vous demandait de payer le supplément si votre consommation avait été plus importante que prévu.

Mais l’explosion des prix de l’énergie et la disparition des contrats fixes ont changé la donne. Si vous aviez l’habitude de payer 50 € par mois, votre fournisseur d’énergie n’a désormais plus envie d’attendre le décompte annuel pour toucher le montant que vous lui devez. C’est la raison pour laquelle de nombreux consommateurs reçoivent une nouvelle proposition avec un acompte mensuel adapté aux prix actuels du marché.

Vous n’êtes pas obligé d’accepter le nouvel acompte

Beaucoup de gens l’ignorent mais saviez-vous que vous n’êtes pas obligé d’accepter la proposition d’acompte de votre fournisseur ? En effet, depuis mars 2022, en Belgique, un fournisseur d’énergie ne peut pas augmenter unilatéralement des acomptes sans justificatif à l’appui.

Vous pouvez tout à fait attendre la facture de régularisation annuelle (mais si elle risque évidemment d’être très salée et qu’il faut donc vous y préparer). Certains consommateurs décident ainsi de ne pas accepter la proposition de leur fournisseur et de volontairement conserver un acompte peu élevé. Parallèlement, ils mettent de l’argent de côté chaque mois pour anticiper la facture de régularisation annuelle. C’est peut-être une bonne idée.

Vous pouvez également modifier votre acompte mensuel via votre espace client en ligne. Généralement, il y a un montant minimum à respecter mais vous pouvez toujours appeler le call center de votre fournisseur pour trouver un compromis.

Attention aux acomptes trop élevés

Il y a aussi une autre bonne raison de ne pas accepter un acompte trop élevé. En effet, il y a toujours un risque que les plus petits fournisseurs fassent faillite. « Attention, une augmentation trop importante de votre acompte n’est pas non plus recommandée, car en cas de faillite de votre fournisseur, il sera tout sauf facile de récupérer ce que vous avez payé en trop », expliqué il y a quelques mois à L’Echo Jean-Philippe Ducart, juriste et porte-parole de Test-Achats.

Vérifiez votre consommation et épargnez

La plupart des fournisseurs permettent à tout moment, via l’espace client en ligne, d’entrer les relevés de vos compteurs. Cela vous permet de vérifier votre consommation, de la comparer et de voir comment elle évolue. Vous pouvez ainsi toujours avoir un œil sur le montant à payer. « De cette façon, vous pouvez vérifier si le montant de votre avance est toujours correct. Le risque d’être confronté à de mauvaises surprises lors de l’arrivée de la facture annuelle de régularisation se trouve ainsi réduit », a quant à lui expliqué Jordi van Paemmel, expert énergie pour Test-Achats.

Pour conclure, libre à vous donc d’accepter ou non l’acompte que vous propose votre fournisseur. Si vous déclinez, la vigilance et la prévoyance sont de mise car votre facture de régularisation annuelle sera très élevée. Prévoyez donc une épargne et dans la mesure du possible, mettez de l’argent de côté chaque mois pour éviter toute mauvaise surprise lors du décompte annuel.