Est-il obligatoire de faire sa troisième dose? Vandenbroucke répond à la question que tout le monde se pose

Est-il obligatoire de faire sa troisième dose? Vandenbroucke répond à la question que tout le monde se pose
Belga / B. Doppagne

« Si je ne me fais pas vacciner avec une troisième dose, pourrai-je encore avoir un Covid Safe Ticket valide ? » C’est la question que se posent beaucoup de Belges qui ont reçu dernièrement leur invitation à se faire vacciner une troisième fois !

La réponse du ministère de la Santé publique, soit les services du ministre Frank Vandenbrouxke, est claire : « Oui ». Donc, votre CST n’expirera pas, par exemple 6 mois après l’administration de la deuxième dose (pour les vaccins Pfizer, Moderna ou AstraZeneca) ou de l’unique dose (pour celui de Johnson&Johnson).

« Il n’y a pas d’obligation à faire la troisième dose. Si vous la faites, vous recevez un troisième certificat. Mais le deuxième est toujours valable. D’ailleurs, pendant les 14 premiers jours, il faudra continuer à utiliser le certificat de la deuxième dose car le troisième certificat apparaîtra en rouge », répond ainsi France Dammel, la porte-parole.

Quid chez les seniors ?

En s’attardant sur les chiffres de la vaccination en Belgique, on constate qu’elle a tendance à un peu augmenter. Mais il y a un gros problème. C’est dans les catégories les plus jeunes qu’on constate qu’il y a, en pourcentage, les plus grandes hausses.

– Prenons les adolescents de 12 à 15 ans. La couverture vaccinale au 29 septembre était de 63,37 % en Belgique. Elle sera de 68,35 % dans quelques semaines, quand ceux qui n’ont eu que leur première dose passeront à la deuxième.

– Chez les 16-17 ans, on passera de 73,28 % à 77,56 %. C’est très bien répondront certains. Les autres regarderont du côté des catégories des plus âgés. Et là, plus grand-chose ne bouge. On ne parlera pas de la Flandre qui est déjà proche du sommet mais de la Wallonie et de Bruxelles.

– Les 65-74 ans passeront de 80 à 81 % à Bruxelles. Les Wallons resteront bloqués à 89 %.

– Chez les 75-84 ans, on passera de 82 à 83 % dans la capitale et de 89 à 90 % en Wallonie. Bref, on n’est pas loin du statu quo alors que c’est parmi ces catégories qu’il faut appuyer sur l’accélérateur…