En mission en Ukraine, Ph. Close veut aider à identifier les circuits d’aide humanitaire

Interrogé par Belga, M. Close a précisé avoir été mis en relation avec le maire de Kiev, Vitali Klitschko, il y a trois semaines, par l’ambassade d’Ukraine en Belgique. Celui-ci a alors fait part de son souhait de rencontrer son homologue bruxellois, en mettant en avant l’importance du soutien européen pour les Ukrainiens.

Le bourgmestre de la capitale belge a alors voulu se rendre en Ukraine en apportant une aide concrète à travers l’action des hôpitaux de la Ville. En l’occurrence, il accompagne un convoi humanitaire, emmené notamment par Catherine Bosman, chargée de projets au CHU Saint-Pierre, et transportant trois tonnes de matériel médical et de médicaments, constitué sur la base d’une liste de besoins transmise par l’ambassade d’Ukraine.

La petite délégation bruxelloise a également remis deux ambulances équipées pour la réanimation, avec l’aide du secrétaire d’État Bruxellois en charge du Siamu, Pascal Smet.

L’expertiste belge à disposition

Dimanche, Philippe Close s’est rendu Lviv où il a rencontré le gouverneur de la région. Lundi, il s’est déplacé, accompagné d’un représentant du ministre de l’Intérieur ukrainien, à Boutcha (avec le maire local) et à Borodyanka, près de Kiev, deux localités ravagées par les bombes.

Mardi, il a eu l’occasion de se rendre dans deux hôpitaux et a participé à une réunion de quatre heures avec le maire de Kiev, Vitali Klitschko, autour de la question centrale de l’aide concrète à la population ukrainienne. «Il en ressort que les besoins sont de tous ordres (alimentation, vêtements, équipements,...). Nous allons nous concentrer sur l’aide médicale», a commenté à ce propos le bourgmestre de la Ville de Bruxelles.

Ph. Twitter

«De plus, nous avons constaté qu’ils n’avaient pas de dispositif de soutien psychologique pour les femmes victimes de viol. Le CHU Saint-Pierre dispose du Centre de Prise en charge des Violences Sexuelles (CPVS) qui peut mettre son expertise à disposition», a-t-il ajouté évoquant de futures collaborations également en traumatologie et dans le domaine de l’aide psychologique aux enfants.

Retour jeudi matin

En Belgique, les réfugiés ukrainiens demandent des livres dans leur langue. Philippe Close rencontrera un représentant du ministre de la Culture pour solliciter l’envoi de livres en Belgique.

Le Bourgmestre de Bruxelles passera encore cinq à six heures à Kiev ce mercredi. Il reprendra ensuite le chemin de Lviv où il restera jusqu’à jeudi matin. La délégation bruxelloise devrait quitter le territoire ukrainien jeudi soir. «Nous avons ouvert une voie pour assurer que l’aide humanitaire arrive au bon endroit. Nous avons une série de contacts sur place que nous mettons bien volontiers à disposition des autres villes pour faciliter la solidarité», commente-t-il.

Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la Ville de Bruxelles s’est engagée en mettant à disposition le Palais 11 du Heysel pour permettre de recueillir des dons à l’attention de la population ukrainienne. Plus de 70 camions ont déjà quitté le plateau du Heysel pour acheminer ces dons vers l’Ukraine.

Le Palais 8 a quant à lui été mis à disposition pour l’enregistrement des réfugiés ukrainiens en vue de l’octroi d’une protection temporaire.