Ecolo veut offrir 30.000 € à tous les jeunes de 25 ans

Ecolo veut offrir 30.000 € à tous les jeunes de 25 ans
Belga

Cette mesure coûterait 2,5 milliards € par an et serait financée par un impôt de 1 % sur le patrimoine du pour-cent des Belges qui sont les plus riches, ce qui assurerait son caractère redistributif. « La KUL avait calculé qu’en faisant cela, on pourrait obtenir quelque 6 milliards d’euros. Notre proposition est de dédier la moitié de cette somme aux jeunes », avait indiqué samedi la co-présidente d’Ecolo Rajae Maouane, en dévoilant la proposition dans la DH.

« Un capital pour démarrer des projets, se lancer dans une formation, investir dans un premier accès au logement, c’est bénéfique pour le jeune mais aussi pour la société toute entière », a exposé Rajae Maouane, lors de ce congrès à Tour et Taxis.

La proposition verte vient s’ajouter à celle d’autres partis. Le président du PS Paul Magnette défend l’idée d’un revenu de base pour les jeunes de 18-25 ans. La proposition du président du MR Georges-Louis Bouchez – un « capital jeunesse » de 25.000 euros pour les 18-25 ans – se rapproche davantage de celle d’Ecolo, mais est conditionnée à un projet d’étude, d’acquisition d’un premier bien ou de lancement d’une activité commerciale. Les Engagés défendent eux un revenu mensuel de participation de 600 euros pour chaque citoyen de plus de 18 ans.

Des travaux du congrès social d’Ecolo sont aussi sorties des propositions d’allocation loyer, de suppression de la TVA sur les fruits et légumes, ou encore d’une année sabbatique offerte à tout travailleur en cours de carrière. « Car, pour que chacun puisse vivre une vie épanouissante, il n’y a pas que l’argent qui compte : le temps aussi doit être collectivement redistribué », a exposé le co-président Jean-Marc Nollet. Ces propositions seront affinées puis intégrées dans le programme du parti pour les élections de 2024.

Ecolo a par ailleurs répété sa volonté de supprimer la modification intervenue en 2017 de la loi de 1996 qui « cadenasse les salaires, autant que le financement de la sécurité sociale ». Les Verts travaillent aussi au parlement et au gouvernement sur un crédit d’impôt pour les bas et moyens revenus.