Des médecins déconseillent la pratique d’un sport intensif après la vaccination

Des médecins déconseillent la pratique d’un sport intensif après la vaccination
Ph. Unsplash

Au sein de l’équipe cycliste Acrog-Tormans Balen BC, qui compte 170 coureurs dont environ 80 débutants, trois sportifs âgés de 15 à 17 ans ont développé des problèmes cardiaques peu de temps après leur vaccination. L’un d’eux a souffert d’une douleur dans la poitrine lors d’une compétition, tout juste deux jours après sa première dose du vaccin Pfizer. L’athlète en question, Yarno Van Herck, 15 ans, a appris à l’hôpital qu’il s’agissait d’une inflammation du muscle cardiaque. Dans la tranche d’âge des 19 à 23 ans, aucun coureur de l’équipe ne s’est plaint d’une quelconque gêne au cœur.

« Mon téléphone ne cesse de sonner », explique Kris Van der Mieren, médecin à la Fédération belge de cyclisme. L’Agence des médicaments a informé les médecins en juillet qu’il y avait un risque accru (mais rare) de développer une inflammation du muscle cardiaque (myocardite) ou de la membrane qui entoure le cœur (péricardite) dans les 14 jours suivant la vaccination. « Des cas rares, mais nous en connaissons déjà trois », a souligné le praticien.

« Tout le monde peut être touché »

Il est difficile pour les médecins d’expliquer ce qui provoque une telle réaction. « Peut-être qu’il y a un problème dans la réponse immunitaire générée par le vaccin pour fabriquer des anticorps contre le coronavirus », explique M. Van der Mieren. « Cette réaction semble pouvoir affecter le muscle cardiaque. Non sans risque puisque l’inflammation peut provoquer des arythmies et même une insuffisance cardiaque. »

Les médecins invitent dès lors à être vigilant. « Si vous n’êtes pas sûr, prenez votre temps », conseille M. Van der Mieren. Le cardiologue Guido Claessen (UZ Leuven) partage son point de vue : « N’importe qui peut être touché par une infection du muscle cardiaque, même des non-sportifs. En faisant du sport, vous allez exercer une pression supplémentaire sur le muscle. Il est dès lors sage de prendre au moins une semaine de repos, même deux si possible (surtout après la deuxième dose). Le sport n’est pas à bannir complètement, mais ne prévoyez pas de compétition ou de grands défis, allez-y doucement », préconise-t-il.