Des jeunes testés positif sont rentrés en avion et non avec le car à disposition: «c’est de l’égoïsme pur»

Des jeunes testés positif sont rentrés en avion et non avec le car à disposition: «c’est de l’égoïsme pur»
Belga / J. Van Boxel

Plusieurs jeunes testés positifs au coronavirus en Espagne ont été rapatriés en Belgique ces derniers jours. Dans les colonnes de HLN, Katrien Corens, porte-parole de l’organisateur de voyages « Jongeren Travel », a expliqué que les parents de certains jeunes avaient payé un billet d’avion à leur enfant pour qu’ils rentrent.

Deux jeunes à l’hôpital

Selon les informations de VTM, deux de ces jeunes positifs au Covid ont déjà été hospitalisés.

De son côté, Summer Bash a rapatrié 27 jeunes en car ce vendredi, tous positifs également.

Environ 20 jeunes ont refusé de rentrer en bus, mis à disposition par « Jongeren travel », et sont montés à bord d’un avion, dont le billet avait été payé par les parents. « Nous ne savions pas qu’ils allaient revenir en avion. Nous ne soutenons absolument pas ça. Nous avons pris toutes ces dispositions pour que tout le monde puisse retourner en quarantaine en toute sécurité, puis nous découvrons grâce à nos moniteurs que des vidéos des mêmes jeunes qui sont dans l’avion apparaissent sur Facebook et sur Instagram. Nous étions furieux. J’appelle ça de l’égoïsme pur », ajoute Katrien Corens.

Une faille dans le système ?

Comment se fait-il que ces jeunes aient pu rentrer en Belgique par avion alors qu’ils venaient d’une zone à haut risque ? Ils ont en fait profité du système belge, qui demande aux voyageurs de fournir le PLF (Passenger Locator Form) uniquement à leur arrivée sur le territoire belge. Les passagers sont donc testés à leur arrivée, et non avant de décoller. « Le système n’est pas bon. Donc vous pouvez simplement revenir d’une zone rouge après avoir été testé positif ? C’est fou », déplore Katrien Corens au micro de la VRT.

Tous les jeunes du groupe qui se trouvent encore en Espagne après avoir été testés négatifs doivent donc eux impérativement rentrer en bus, car ils restent à haut risque, après avoir côtoyé les autres jeunes.