Des centaines d’aide-ménagères dénoncent leurs conditions de travail à Bruxelles

Des centaines d’aide-ménagères dénoncent leurs conditions de travail à Bruxelles
AFP / J. Cherry

Les discussions relatives à un nouvel accord social dans le secteur des titres-services sont dans l’impasse depuis plusieurs mois.

Les travailleuses se sentent méprisés par leurs employeurs. Elles fustigent notamment une indemnité de déplacement limitée à 13 centimes par kilomètre «alors que l’État fixe cette indemnité à 37 centimes». Au total, les frais peuvent atteindre 10% d’un revenu qui est en moyenne de 800 euros pour un mi-temps, précisent les syndicats.

Augmenter le prix du titre-service

De son côté, Federgon dit «ne pas comprendre» l’action. «Les négociations sont encore en cours et des propositions constructives sont sur la table», affirme-t-elle. La fédération souligne que «la plupart des entreprises titres-services connaissent une situation financière extrêmement difficile et qu’un très grand nombre d’entre elles sont même déficitaires».

Les employeurs en appellent donc à nouveau au politique pour obtenir une augmentation du prix du titre-service pour le client, ce qui serait «la seule solution pour encore conclure à l’avenir des accords sectoriels portés par l’ensemble des parties».

Les représentants des travailleurs rappellent eux que «le système est subsidié à 70%». «Il s’agit d’argent public, il n’est pas normal que les entreprises affiliées à Federgon le redistribuent à leurs actionnaires», pointe la FGTB.

Retour du travail au noir ?

Face à cette précarité croissante, de plus en plus de travailleuses envisageraient de retourner travailler au noir, assure le syndicat socialiste.

Pour la CSC, les employeurs ne doivent pas s’étonner, vu les conditions, de la pénurie de main d’oeuvre dans le secteur. «Si un premier signe n’est pas donné rapidement, la situation va encore se détériorer et il deviendra bientôt difficile de trouver une aide-ménagère», prévoit-on.

Une délégation syndicale a été reçue en fin de matinée au siège de Federgon.