De la prison ferme pour deux Belges qui ont visé «La jeune fille à la perle»

De la prison ferme pour deux Belges qui ont visé «La jeune fille à la perle»
AFP

Deux des trois militants écologistes belges ayant visé le tableau « La jeune fille à la perle » la semaine dernière à La Haye pour alerter l’opinion publique sur l’urgence climatique ont été condamnés mercredi par la justice néerlandaise à deux mois de prison, dont un avec sursis.

Un troisième prévenu jugé vendredi

Wouter M., qui s’était collé la tête à la célèbre toile de Vermeer, et Pieter G., qui avait filmé l’action de protestation, ont tous deux été condamnés à l’occasion d’une procédure judiciaire accélérée devant un tribunal de La Haye.

Un troisième prévenu, poursuivi pour avoir collé sa main sur le mur où était accroché le tableau et jeté un liquide rouge sur Wouter M., a lui refusé d’être jugé en régime accéléré. Il devrait comparaître devant la justice batave vendredi.

« Ce tableau est protégé par du verre mais l’avenir de nos enfants n’est pas protégé »

La direction de la Mauritshuis où est exposée la toile avait indiqué que le précieux chef-d’œuvre, protégé par une vitre en verre, n’avait pas été endommagé par les défenseurs du climat, mais bien son encadrement.

Lors de cette action, l’un des trois militants avait hurlé : « Ce tableau est protégé par du verre mais l’avenir de nos enfants n’est pas protégé ». Le ministère public avait réclamé quatre mois de prison, dont deux fermes. La défense préconisait, elle, l’acquittement.

JustStopOil Belgium dénonce une « répression disproportionnée »

Le mouvement JustStopOil Belgium, qui a inspiré l’action des trois militants, s’est dit mercredi soir « consterné » par ces condamnations alors que les entreprises « responsables de la destruction de la vie sur terre s’en sortent s’en être inquiétées ».

« La répression disproportionnée de nos amis activistes met en lumière la collusion profondément ancrée entre le gouvernement néerlandais et l’industrie des combustibles fossiles. Quand Shell, TotalEnergies et autres éco-criminels seront-ils condamnés pour crimes contre l’humanité ? », a-t-il commenté dans un communiqué.