Covidsafe, mode d’emploi: tout ce qu’il faut savoir pour obtenir son certificat Covid européen

Covidsafe, mode d’emploi: tout ce qu’il faut savoir pour obtenir son certificat Covid européen
Belga / D. Stockman

Le certificat belge prouvant qu’une personne est protégée contre le coronavirus ("Covid safe") est disponible depuis ce mercredi, ont annoncé les développeurs du système, la plate-forme eHealth et Digitaal Vlaanderen. Ce lancement, deux semaines avant la date officielle convenue par les États membres de l’Union européenne pour l’utilisation de cet outil transfrontalier, permettra une familiarisation avec ce dispositif avant l’été et son flot de départs en vacances.

Trois types de certificats

Concrètement, dès le 1er juillet, toute personne séjournant en Belgique âgée de 6 ans ou plus et qui veut entreprendre un voyage vers l’un des pays de l’UE pourra prouver, grâce à ce certificat, qu’elle est protégée contre le coronavirus et ainsi faciliter ses déplacements. Trois types de certificats co-existent: un certificat de vaccination (valable un an à partir de la date de vaccination complète), un certificat de test (qui atteste d’un résultat négatif, avec une durée de validité de 72 heures à compter de la réalisation du test PCR) et un certificat de rétablissement (qui prouve une guérison du Covid-19 depuis au moins 11 jours après un dépistage positif et est valable 180 jours à compter de la date de réalisation du test).

Le certificat est muni d’un code QR à présenter, sous forme imprimée ou numérique, au moment de franchir une frontière. Il peut être téléchargé sur le site internet MaSante ou via l’application mobile CovidsafeBE. Les certificats de vaccination, et ceux-ci uniquement, peuvent également être envoyés par la poste, en contactant par téléphone l’un des centres d’appel régionaux. Ces centres wallon, bruxellois, flamand et germanophone répondent en outre aux questions de fond, demande d’aide ou de rectification d’une éventuelle erreur. De manière générale, l’outil est gratuit et disponible en français, néerlandais, allemand et anglais.

Une personne peut disposer de plusieurs certificats, puisqu’un certificat est créé par vaccination (première puis deuxième dose) et par test. En outre, les parents peuvent demander les preuves de vaccination, test négatif ou guérison de leurs enfants mineurs, puisque chaque membre de la famille doit posséder son propre certificat.

Comment fonctionne l’app ?

Pour se connecter à l’app, les usagers peuvent se tourner vers Itsme ou l’une des options de connexions d’eHealth. «Si vous avez également besoin de certificats pour vos enfants, connectez-vous à l’app via eHealth, sélectionnez un des enfants et téléchargez les certificats disponibles dans l’app mobile», détaillent les concepteurs.

«C’est bien le pays de destination qui fixe les règles» d’acceptation sur son territoire, a rappelé Frank Robben, d’eHealth. Il est donc possible que ces conditions varient d’un État membre à l’autre, comme c’est le cas par exemple avec l’Espagne, qui accepte actuellement les tests antigéniques, tandis que la Belgique s’en tient aux tests PCR. Avant leur départ, les voyageurs sont dès lors invités à consulter les conditions spécifiques à chaque État membre, par État, sur le site européen ReOpen (https://reopen.europa.eu), a insisté M. Robben.

L’application CovidsafeBE «fera encore l’objet de développements. Ainsi, on envisage entre autres de l’étendre afin d’intégrer dans l’app les exigences de chaque pays», ont précisé ses concepteurs. Actuellement, elle fonctionne sur les smartphones à partir de la version Android 5 et sur les appareils iPhone 5s ou plus récents (avec au minimum iOS 12.5). «Cela signifie concrètement que l’app mobile peut être utilisée sur 96% des smartphones», ont souligné Frank Robben et Barbara Van Den Haute, de Digitaal Vlaanderen.

Elle n’est par contre pas proposée (dans l’AppGallery) sur les smartphones Huawei ne disposant pas des Google Mobile Services. Et aucun projet en ce sens n’est dans les cartons pour le moment, indique-t-on au sein de la filiale belge du géant technologique chinois.

Cet outil est le fruit d’une collaboration entre les autorités régionales du pays, l’Institut de santé publique Sciensano et la plate-forme eHealth du gouvernement fédéral. «Le certificat belge est l’un des premiers à voir le jour au sein de l’Union européenne», s’est réjoui Frank Robben, d’eHealth.

Premiers problèmes techniques

Mercredi, l’identification par Itsme sur l’application connaissait quelques soucis techniques. «Le problème se situe à l’échelon avant Itsme: la page CSAM des autorités - qui gère toutes les clefs numériques - est fort sollicitée actuellement», notamment au vu de la période de déclaration fiscale, a indiqué à Belga Sylvie Vandevelde, responsable de la communication chez Itsme. La page gère en effet des services en ligne tels que MyMinfin (Tax-on-web). «Nous essayons de voir comment nous pouvons aider les autorités à résoudre le problème et espérons que le système sera très vite rétabli», a conclu Mme Vandevelde.