Convoqué en urgence, le Codeco s’apprête à resserrer la vis: «Il n’y aura pas de tabou»

Convoqué en urgence, le Codeco s’apprête à resserrer la vis: «Il n’y aura pas de tabou»
Belga / D. Waem

Le chef du gouvernement fédéral a convoqué ce comité de concertation (Codeco) à 09h00 au Palais d’Egmont à Bruxelles. « Dans un contexte de crise, il faut pouvoir apporter des ajustements. Il n’est que normal de convoquer ce Codeco », a justifié le Premier ministre Alexander De Croo hier à la Chambre. « Nous devrons tous franchir des pas. On ne peut plus avoir de tabous. Le virus est imprévisible, change de visage ».

Cette nouvelle réunion fait notamment suite à la demande du ministre-président flamand, Jan Jambon (N-VA), alors que la réunion précédente remonte seulement à vendredi dernier.

Ecoles et activités en intérieur dans le viseur

M. Jambon souhaite que les activités récréatives à l’intérieur soient interdites jusqu’au 15 décembre afin de soulager les hôpitaux, où la situation, selon lui, devient intenable. Au total, 3.736 personnes sont encore hospitalisées en raison du Covid-19, dont 792 patients traités en soins intensifs, selon les chiffres publiés jeudi par l’Institut de santé publique Sciensano.

Le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, a quant à lui mis en garde contre la flambée des contaminations dans les écoles. D’après les derniers chiffres communiqués par le ministre flamand de l’Enseignement, 115 écoles et internats néerlandophones sont aujourd’hui fermés en Flandre et à Bruxelles, contre 69 à la fin de la semaine passée. Au total, quelque 4.000 élèves sont concernés. La ministre de l’Education en Fédération Wallonie-Bruxelles, Caroline Désir, avait quant à elle indiqué, hier/mercredi, que 350 classes sur 45.000 sont actuellement fermées en Fédération.

Les experts recommandent des mesures strictes

Dans la perspective de ce nouveau Comité de concertation, le groupe d’experts du Gems a rendu un avis, qui se trouve sur la table des différents ministres amenés à prendre les décisions. Celui-ci se montre très critique sur la gestion des autorités pendant cette quatrième vague de la pandémie. Selon les experts, les avis et recommandations antérieurs n’ont pas été mis en oeuvre, ou de manière incomplète ou trop tardive, lors des Codeco des 17 et 26 novembre. C’est particulièrement le cas dans l’enseignement, où la situation s’est «rapidement détériorée» ces dernières semaines.

Dans cet avis, les experts proposent plusieurs mesures significatives, allant d’une « période d’arrêt » dans l’enseignement (y compris la fermeture de l’enseignement primaire pendant 10 jours) à l’avancée de l’heure de fermeture des établissements horeca à 20h00, l’annulation des rassemblements de plus de 200 personnes et une nouvelle réduction des contacts sociaux. Une bulle de contact jusqu’à cinq personnes est ainsi recommandée pour la fin de l’année.

La décision reste du ressort du Comité de concertation et l’éventuelle fermeture des écoles ne fait pas consensus. «Le dernier endroit où il faudra éteindre les lumières, c’est l’école», a déjà averti jeudi le ministre flamand de l’Enseignement Ben Weyts.