Conflit en Afghanistan: La Belgique «fait tout» pour rapatrier ses ressortissants en sécurité

Conflit en Afghanistan: La Belgique «fait tout» pour rapatrier ses ressortissants en sécurité
Belga / B. Fahy

Un premier ressortissant belge a été évacué d’Afghanistan par des militaires français, tandis que sept autres Belges ont été rapatriés en Europe par les Pays-Bas. « Nous avons des équipes en train de s’installer sur place dans des situations qui sont difficiles », explique le Premier ministre.

Prête à démarrer dès vendredi, l’opération de sauvetage, baptisée Red Kite, se fera sur base de listes. « On doit bien savoir à l’avance qui sont les gens qu’on veut rapatrier », souligne Alexander De Croo. « On doit être aussi clair qu’on ne peut pas prendre tout le monde. Les gens qu’on rapatrie avec nos avions doivent répondre à des critères qui sont très clairs ».

Le Premier ministre a également réagi aux critiques sur la lenteur avec laquelle cette opération a été mise en place. « Certains disent qu’on a pris un peu plus de temps ? Nous estimons que pour une opération comme celle-là, vers un pays qu’on connaît un peu, sans être de grands spécialistes de la région, qu’il vaut mieux bien préparer à l’avance », ajoute-t-il.

Bien que le nombre varie d’heure en heure, le Premier ministre a également fourni une estimation du nombre de personnes qui seront évacuées. « On parle quand même de plusieurs centaines de Belges et probablement plus ou moins le même nombre de gens qui sont des Afghans qui ont travaillé pour les militaires ou pour d’autres services, des gens qui sont liés d’une manière familière avec les Belges », ajoute Alexander De Croo. Il y aura aussi des personnes « qui ont été des défenseurs des droits de l’homme ou des droits des femmes et dont on sait qu’ils sont en danger aujourd’hui », ajoute le Premier ministre.