Codeco: l’épineuse question de la vaccination obligatoire

Codeco: l’épineuse question de la vaccination obligatoire
AFP / K. Tribouillard

La question de la vaccination obligatoire n’est plus un tabou. Au contraire, elle est même sur toutes les lèvres depuis quelques jours. Après l’obligation vaccinale des soignants, actée lundi soir, ira-t-on vers une vaccination obligatoire pour tous ?

De plus en plus de personnalités politiques se sont exprimées en ce sens. Mais qu’en pensent les Belges ? Selon le dernier baromètre de la motivation, le soutien à la vaccination obligatoire pour les plus de 18 ans gagne du terrain chez les personnes vaccinées (de 53 % des répondants vaccinés en septembre à 60 %).

«  La seule solution cohérente » pour le PS

Le dossier sera, dans tous les cas, sur la table des discussions du comité de concertation de ce mercredi, a-t-on appris auprès du cabinet d’Elio Di Rupo. En effet, le PS souhaite mener sans tarder le débat sur l’obligation vaccinale pour toute la population à partir de 18 ans.

« Nous estimons, au Parti Socialiste, qu’il est grand temps de l’ouvrir dès maintenant. Pour nous, la vaccination obligatoire, dès l’âge de dix-huit ans, est LA seule solution cohérente », a insisté le président du PS, Paul Magnette, dans un entretien accordé à Sudinfo. « Je sais que c’est un débat difficile, mais je ne veux pas d’une situation absurde à l’autrichienne. Situation où on n’impose pas la vaccination obligatoire mais où on confine les non-vaccinés. Je ne veux pas de l’obligation du port du masque pour les enfants dès l’âge de 9 ans. On ne le laissera pas passer. Je ne veux pas non plus d’une vaccination par secteur, en choisissant qui doit être vacciné et qui ne doit pas l’être ».

« Éviter de scinder la société »

La veille, la ministre fédérale et vice-Première Petra De Sutter (Groen) avait elle aussi estimé qu’il est temps de débattre d’une éventuelle vaccination obligatoire, pour éviter une société à deux vitesses avec certaines activités réservées aux vaccinés.

Le cdH, par la voix de son président Maxime Prévot, a lui aussi plaidé pour qu’un débat parlementaire soit ouvert.

Un débat que les hôpitaux, à bout de souffle, demandent de ne plus repousser. En effet, les fédérations hospitalières ont demandé lundi au Comité de concertation d’envisager la vaccination obligatoire de l’ensemble de la population.

« Une fausse bonne idée » selon de Croo

Mais tout le monde n’est pas du même avis. « On attend encore un peu avant une obligation. On regarde d’abord l’impact des nouvelles mesures », a de son côté fait savoir la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale, rappelant l’importance du masque et du télétravail.

Quant au Premier ministre, Alexander De Croo, il estime que l’obligation vaccinale pour tous est « une fausse bonne idée ». « C’est facile sur le papier mais comment fait-on dans la pratique ? Si quelqu’un ne veut pas se faire vacciner, que fait-on ? On le force ? Je ne vois d’ailleurs aucun pays en Europe et pratiquement aucun dans le monde qui fait cela. Il faut convaincre les gens avec les chiffres. Une personne vaccinée a onze fois moins de probabilités de se retrouver à l’hôpital, ce sont des faits et ils sont plus convaincants que l’obligation », a déclaré mardi M. De Croo interrogé par LN24.

Alors, obligera, obligera pas ? Si le débat semble désormais inévitable, la question est loin d’être tranchée…