Affaire Chovanec: la reconstitution des faits prévue fin septembre à l’aéroport de Charleroi

Affaire Chovanec: la reconstitution des faits prévue fin septembre à l’aéroport de Charleroi

« La crise sanitaire de la Covid a rendu la chose impossible, et nous l’avons parfaitement compris. Notre cliente a néanmoins été moins compréhensive, car cela fait des années qu’elle attend de la clarté sur l’affaire. Nous espérons qu’il n’y aura plus de report et que cette reconstitution sera le point final de l’enquête », a commenté l’avocate.

La veuve de Chovanec craint, en effet, que l’affaire ne s’éternise, a-t-elle déclaré à Het Laatste Nieuws. « Bien sûr, cela me dérange que trois ans et demi après la mort de Jozef, ils n’aient même pas la moindre idée de qui ils pourraient vouloir traduire en justice. (…) Comme le juge d’instruction ne soupçonne personne, mes avocats ont maintenant identifié huit individus qui, selon nous, devraient répondre devant le tribunal. (…) Rien n’avance. J’ai peur qu’ils veuillent juste taire l’affaire. »

Difficile à mettre en place

« Ce sera évidemment une reconstruction complexe, en raison du grand nombre de personnes présentes et du fait que tout doit se dérouler dans le respect de certaines conditions de sécurité. Une reconstitution dans un aéroport nécessite d’autres mesures que dans un bâtiment ordinaire. Deux jours ont été prévus, car il faut reconstituer les événements qui se sont déroulés sur le tarmac et dans la cellule de police. Jusqu’à 150 personnes seraient présentes et ma cliente veut aussi venir en Belgique pour la reconstruction », a détaillé Me Van de Steen.

L’avocate espère qu’après la reconstitution, l’enquête pourra être conclue rapidement. « La reconstitution devrait être la dernière étape de l’enquête, et il devrait vite apparaître s’il existe des indices sérieux de culpabilité contre les personnes impliquées. La chambre du conseil décidera en dernier ressort qui devra répondre devant le tribunal, mais un complément d’enquête peut également être demandé. J’espère qu’on pourra vite arriver à une conclusion, car après le coup de pression exercé par la Slovaquie (le gouvernement slovaque s’est porté partie civile dans l’affaire, NDLR), on a annoncé haut et fort que les choses allaient avancer, mais dans la pratique, on attend toujours ».

Rappel des faits

Jozef Chovanec est décédé le 27 février 2018 à l’hôpital Marie Curie de Charleroi où il avait été transféré à la suite d’un malaise cardiaque survenu le 24 février vers 5h00. Ce citoyen slovaque, pris de délire, a été maîtrisé de manière brutale dans une cellule de l’aéroport de Charleroi où il avait essayé d’embarquer dans un avion le ramenant dans son pays. Il a subi un plaquage ventral pendant de longues minutes, la tête enveloppée dans une couverture avant de recevoir l’injection d’un calmant. Les agents souriaient, une policière a même fait un salut nazi.