2022, l’année la plus chaude jamais enregistrée en Belgique: voici les chiffres marquants

2022, l’année la plus chaude jamais enregistrée en Belgique: voici les chiffres marquants

Selon l’Organisation météorologique mondiale, 2022 serait la cinquième ou sixième année la plus chaude à l’échelle planétaire, selon des observations réalisées à partir des années 1860.

À l’exception des mois d’avril, septembre et décembre, les températures moyennes mensuelles ont chaque fois été supérieures à leurs valeurs normales, avec même des records absolus atteint en août (mois d’août le plus chaud jamais enregistré, avec une température maximale d’au moins 20ºC chaque jour, une première) et égalé en octobre.

La température maximale moyenne annuelle a également établi un nouveau record absolu. Pour la troisième fois depuis le début des observations en 1892, la barre des 16ºC a été atteinte, avec 16,3ºC (normale : 14,7ºC).

La température minimale moyenne annuelle a, elle, terminé en deuxième position, à égalité avec 2020. Pour la quatrième fois, la barre des 8ºC a été atteinte à Uccle : 8,1ºC (normale : 7,3ºC), constate encore l’IRM.

De records en records

Parmi les chiffres marquants de 2022 à Uccle, on retiendra que le 19 juillet, la température a atteint 38,1ºC, soit le deuxième jour le plus chaud tous mois confondus depuis le début des observations en 1892. Ce n’est que le 25 juillet 2019 qu’il avait fait plus chaud dans la capitale avec 39,7ºC.

Avec une valeur de 24,7ºC, la température maximale moyenne de l’été a égalé le record de 2018, tandis que le 29 octobre, il y avait encore eu un jour d’été (avec une température maximale égale ou supérieure à 25ºC), avec 25,5ºC, ce qui en fait le plus tardif depuis le début des observations en 1892.

Ces douze derniers mois, la température la plus basse a été enregistrée à Elsenborn (Butgenbach), le 15 décembre, avec -15,5ºC. À l’inverse, le mercure est monté le 19 juillet jusqu’à 40,0ºC à Kapelle-op-den-Bos.

Record de sécheresse…

À noter encore qu’un total de seulement 701,4 mm de précipitations est tombé à Uccle (normale : 837.1 mm) en l’espace de 149 jours (normale : 189.8 jours), faisant de 2022 la quatrième année la plus sèche derrière 2018 (651,1 mm), 2003 (670,5 mm) et 1997 (700,7 mm).

Deux mois ont battu les records de sécheresse dans la capitale : mars et juillet. L’été dernier a en outre été le plus sec jamais enregistré à Uccle. Les faibles précipitations de la période juillet-août (23,0 mm) ont d’ailleurs établi un record absolu. Jamais auparavant il n’était tombé aussi peu de précipitations durant ces deux mois de vacances.

« Quel contraste avec la période de juillet-août 2021 », commente l’Institut royal météorologique, lorsque l’été avait été marqué par d’importantes inondations. L’année dernière, un total de 289,8 mm de précipitations était en effet tombé pendant ces deux mois, soit la deuxième valeur la plus élevée depuis le début des observations (le record remontant à 1850 avec 308,2 mm).

La période de sécheresse avait commencé en mars. « À l’exception du mois de juin, la majeure partie de notre pays a connu une situation sèche à extrêmement sèche pour la période de mars à août. Après un mois de septembre pluvieux, les conditions se sont normalisées dans la majeure partie de notre pays », analyse à ce propos l’IRM.

… et de Soleil

2022 a été la deuxième année la plus ensoleillée à Uccle, avec 1.974 heures et 8 minutes, derrière 2003 et ses 2.020 heures et 11 minutes d’ensoleillement, avec notamment un été record en la matière (780h pour une normale de 594h et 56min). « En raison de problèmes avec nos instruments durant l’été, ce chiffre est cependant probablement sous-estimé », souligne l’IRM.

En mars, le soleil a brillé durant 227h et 14min à Uccle (normale : 125h 45min), pulvérisant le précédent record absolu, qui remontait à 1931.

Enfin, seuls trois jours avec des chutes de neige ont pu être enregistrés à Uccle : un en mars, un autre en avril et un dernier en décembre. Ce n’est qu’en décembre que des traces de neige sont restées au sol.

Retrouvez toute l’actu sur Metrotime.be