Sorties BD: «Le petit frère», «Damien, L’empreinte du vent», «Nettoyage à sec»

Sorties BD: «Le petit frère», «Damien, L’empreinte du vent», «Nettoyage à sec»

« Le petit frère »

C’est rare, cela n’arrive que quelques fois par an, et encore. Mais certains albums vous prennent aux tripes. Pendant une bonne heure, tout au long des 300 pages, ils vous arrachent des larmes et vous procurent un moment hors du temps, dont vous n’arriverez pas à vous détacher. « Le petit frère » en fait partie. Dans ce récit, JeanLouis Tripp revient en détail sur la journée qui a fait basculer sa vie. C’était le 5 août 1976. Il passait des vacances en famille, en Bretagne dans des roulottes tirées par des chevaux. C’est ce jour-là que son frère âgé de 11 ans a perdu la vie, fauché par un automobiliste qui a ensuite pris la fuite. JeanLouis Tripp revient sur les jours qui ont précédé et qui ont suivi ce drame. Il plonge dans ses souvenirs, lui qui avait 18 ans à l’époque, et fait également appel à ceux de sa mère pour livrer un album terriblement touchant. « Le petit frère » est une œuvre bouleversante, à la fois universelle et tellement personnelle. Un roman graphique ne laissera personne indemne et qui s’impose déjà comme l’un des albums de 2022.

« Le petit frère », de JeanLouis Tripp, éditions Casterman, 344 pages, 28 €

« Damien, L’empreinte du vent »

En 1965, Jérôme Poncet et Gérard Janichon rêvent d’émotions fortes. Les deux ados de 17 ans décident qu’ils vont consacrer leur jeunesse à faire un tour du monde à la voile. Ils se donnent cinq ans pour « préparer leur coup ». Après cette brève introduction, on retrouve le duo en 1969, prêt à réaliser son rêve. Jérôme et Gérard ont quitté la Rochelle en mai 1969 à bord de leur bateau, Damien. Ils n’y reviendront que quatre ans et demi plus tard. « Damien, L’empreinte du vent » revient sur ce voyage initiatique de plus de 55.000 miles devenu légendaire. Cinquante ans plus tard, Gérard a décidé de raconter son périple en BD. Il a fait appel à Vincent pour dessiner, tout en aquarelles, ce voyage au bout du monde. Une belle aventure remplie d’espoir et d’humanité, et magnifiquement dessinée.

« Damien, L’empreinte du vent », de Gérard Janichon et Vincent, éditions Vents d’Ouest/Glénat, 168 pages, 25 €

« Nettoyage à sec »

Deux ans après « Béatrice », qui avait remporté le Prix Atomium de Bruxelles 2021, Joris Mertens est de retour avec un nouvel album. Dans « Nettoyage à sec », l’auteur et dessinateur belge raconte l’histoire de François. Sa vie n’est guère très excitante. Seul et solitaire, il est chauffeur pour une entreprise de blanchisserie. Depuis 17 ans, il rêve d’une autre vie en jouant toujours les mêmes numéros au Loto. L’un de ses rares plaisirs est de siroter une Stella Artois au bistrot du coin. Mais un jour, lors d’une livraison, son existence va basculer. François va enfin pouvoir toucher du doigt ce dont il a toujours rêvé. « Nettoyage à sec » est une histoire sombre qui brille son univers et par ses dessins. Joris Mertens plonge à la perfection les lecteurs dans les Bruxelles des années 70. Le héros est taiseux, les dialogues sont rares, mais Joris Mertens arrive à raconter son histoire et planter à décors à travers des planches magnifiques. Un très bel album !

« Nettoyage à sec », de Joris Mertens, éditions Rue de Sèvres, 152 pages, 25 €