Nos coups de cœur BD de cette fin d’année: «Frankenstein», «La bibliomule de Cordoue» et «Edgar P. Jacobs Le Rêveur d’apocalypses»

Nos coups de cœur BD de cette fin d’année: «Frankenstein», «La bibliomule de Cordoue» et «Edgar P. Jacobs Le Rêveur d’apocalypses»
Ph. T. Wallemacq

« Frankenstein »

Fin 2019, Georges Bess nous avait déjà envoûtés avec son adaptation du chef-d’œuvre de Bram Stoker, « Dracula », tout en noir en blanc. Deux ans plus tard, il réitère et enfonce le clou. Cette fois, l’auteur et dessinateur français s’attaque à un autre classique de la littérature fantastique : « Frankenstein » de Mary Shelley. Si le monstre est devenu une icône dans la culture populaire, sa véritable histoire n’est pas forcément connue de tous. Georges Bess adapte à sa sauce ce roman sorti en 1816. Au 19e siècle, depuis qu’il était enfant, Victor Frankenstein rêvait de devenir célèbre en rendant les hommes invulnérables en bannissant la maladie de l’organisme humain. Après ses études universitaires, avec l’aide de son valet suédois, il se lança dans un projet fou : fabriquer un être humain colossal à partir de cadavres. « Frankenstein » est un album noir mais de toute beauté. Georges Bess livre une petite pépite de 200 pages qui brille par son dessin, en noir en blanc, profond et élégant et par l’humanité qui se dégage de cette adaptation du récit de Mary Shelley. Un coup de foudre !

« Mary Shelley Frankenstein », de Georges Bess, éditions Glénat, 208 pages, 25,5 €

« La bibliomule de Cordoue »

En l’an 976, Cordoue est la capitale occidentale du savoir. Un Calife et son fils, épris de culture étrangère mais aussi de mathématiques et de philosophie, ont amassé pendant plus de 50 ans des milliers de livres dans la bibliothèque de Cordoue. Mais le calife Al-Hakam II va mourir très jeune et l’un de ses vizirs va en profiter pour prendre le pouvoir. Son objectif est de brûler les 400.000 livres de la bibliothèque. C’est là qu’entre en action, le héros de ce livre : Tarif, un esclave eunuque et grassouillet. En tentant de sauver le plus de livre possible, il sera rejoint par Lubna, la cheffe des copistes, et Marwan, un mystérieux vagabond. « La bibliothèque de Cordoue » suit le voyage de trio atypique à la manière d’un road movie (mais à pied et en mule !). Cette épopée est scénarisée par Wilfrid Lupano (Les Vieux Fourneaux) et joliment dessinée par Léonard Chemineau. Une fable magique pour les petits et pour les grands !

« La bibliomule de Cordoue », de Lupano et Chemineau, éditions Dargaud, 264 pages, 35€

« Edgar P. Jacobs Le Rêveur d’apocalypses »

En 2021, nous avons fêté le 75e anniversaire de Blake et Mortimer. À cette occasion les éditions Dargaud ont sorti un très réussi nouveau tome « Le Dernier Espadon ». De son côté, Glénat célèbre cet anniversaire en publiant « Edgar P. Jacobs Le Rêveur d’apocalypses ». Cet album revient sur la vie du créateur de Blake et Mortimer, le Bruxellois Edgar P. Jacobs. Et quelle vie ! Passionné par de nombreux domaines, curieux de tout, amateur d’art et collectionneur, en 1935, alors qu’il avait 18 ans, il se lance dans une carrière de chanteur d’opéra. Talentueux dessinateur, six ans plus tard, il rencontre Hergé. En 1946, il invente Blake et Mortimer. De 1919 à 1987, cet album retrace les principales étapes de la vie et du parcours de ce talentueux artiste belge. Le dessin, tout en ligne claire, est somptueux. On suit ainsi la vie d’Edgar, remplie de rebondissements, comme s’il s’agissait de l’aventure de ses deux héros. La BD met en lumière un artiste brillant au parcours atypique et finalement assez méconnu, notamment des plus jeunes. Elle fait également voyager dans le temps puisqu’elle transporte les lecteurs dans Bruxelles et ses environs à travers le 20e siècle. Une belle histoire et un magnifique hommage.

« Edgar P. Jacobs Le Rêveur d’apocalypses », de Rivière et Wurm, éditions Glénat, 144 pages, 22,5 €