Yves Van Laethem promet "un été au moins du même niveau que celui de l'an passé"

Yves Van Laethem promet "un été au moins du même niveau que celui de l'an passé"

A partir du 8 mai prochain, nous pourrons nous retrouver à 4 en terrasses. Un petit relâchement dans la lutte contre le coronavirus qui devrait en entrainer d'autres dans le futur, grâce notamment à la campagne de la vaccination. Interrogé par Sudinfo, Yves Van Laethem s'est d'ailleurs montré positif au moment d'évoquer l'été qui nous attend.

"Il faut garder un œil sur ces fameux variants, c'est ce qui nous inquiète. Il faut garder un œil éveillé, mais je pense qu'on pourra vivre un été où l'on pourra partir en vacances. Et dans beaucoup de pays, on pourra aller manger au restaurant, etc. Faudra-t-il faire des frottis, des tests, ça, je n'en sais rien, mais je pense qu'on va vivre un été au moins du même niveau que celui de l'an passé, de relative insouciance jusqu'à mi-août où ça s'est un peu gâté… Avec l'addition qu'une partie significative de la population sera vaccinée, ce qui n'était pas le cas l'an dernier. On partira en vacances, pour la plupart, avec un gilet de protection, ce qui n'était pas le cas l'an dernier", indique-t-il.

On ne pourra par contre probablement pas encore partir n'importe où. "C'est difficile à dire car cela ne dépend pas uniquement de nous, mais aussi d'autres pays qui peuvent refuser de nous voir. Je pense par exemple qu'on ne sera pas les bienvenus en Australie ou en Nouvelle-Zélande, mais il y a peu de Belges qui s'y rendent. Je pense que des pays plus proches, comme la Grèce, l'Italie et l'Espagne, qui pleurent pour nous avoir. J'estime qu'on pourra aller dans ces pays en vacances. Je pense que beaucoup de gens pourront être vaccinés avant de partir en vacances, au moins leur première dose si pas leurs deux doses de vaccins. Cela pourra empêcher qu'on ait de gros problèmes tels qu'on les a connus lors de l'émergence de la pathologie en février-mars 2020 lorsqu'on est revenu de vacances avec plein de virus d'Italie, d'Autriche, etc.".

Lire aussi: Van Gucht et Van Ranst appellent à la prudence après le Codeco