Voyage: Au cœur de la Tanzanie

Voyage: Au cœur de la Tanzanie

Passer les vacances luxueuses de vos rêves en Afrique relève toujours de l'exercice d'équilibre sur la corde raide! Le secteur touristique est une très importante source de revenus pour de nombreux pays du continent, mais tout le monde ne profite pas de ses rentrées! La Tanzanie n'y fait pas exception. C'est un pays où vous vous baladez aux côtés de Simba et Pumba, mais où, en même temps, vous êtes aussi le témoin de scènes déchirantes. Toutefois, des projets entendent utiliser l'attractivité touristique du pays pour améliorer la vie de tous ses habitants.

L'invité des Massaï

Ces minces silhouettes colorées que l'on aperçoit à l'horizon de la savane tanzanienne auprès de leurs troupeaux, ce sont des Massaï. Le territoire de cette tribu traditionnelle s'étend sur le Kenya et la Tanzanie. En raison de leur mode de vie nomade, on ne connaît pas avec certitude leur nombre en Tanzanie, mais il est évalué à plusieurs millions.

Les Massaï forment une communauté très fermée. Ils vivent quasi exclusivement de l'agriculture et de l'élevage du bétail. Il en résulte qu'une majorité d'entre eux ont un faible niveau d'éducation et sont extrêmement pauvres. Dans les rares interactions qu'ils ont avec les touristes, ils sont souvent ramenés par les organisateurs de safaris au rang de cabinet de curiosités! Toutefois, l'Original Masaai Lodge entend montrer qu'il peut en être autrement.

Le lodge fait partie d'Africa Amini Life, une organisation qui soutient les Massaï. Ces dix dernières années, ils ont construit un hôpital et fondé trois écoles primaires et une école secondaire. Les invités logent à l'Original Masaai Lodge dans des versions modernes des huttes en torchis, dégustent les plats traditionnels et profitent de la magnifique vue sur le Kilimandjaro. Les membres de l'équipe proviennent tous d'une tribu Massaï voisine. Ils organisent en journée et le soir des activités de découverte de l'héritage culturel des autochtones de la région.

Le café le plus revigorant

Ph. D.R.

Les principaux produits d'exportation de la Tanzanie sont sa nature vierge et l'impressionnant Kilimandjaro, mais le pays est aussi l'un des producteurs de café les mieux notés. C'est d'ici qu'est originaire la fève d'Arabica et, sur les flancs du Kilimandjaro et du Mont Méru, elle pousse au soleil dans des conditions idéales. Rentrer chez vous avec quelques paquets de café dans vos bagages est dès lors un must, et pour ce faire Kahawa est the place to be.

Kahawa est une marque de café gérée par Beate, une Norvégienne. Il y a plus de 20 ans, elle a trouvé l'amour en Tanzanie et elle réside depuis lors sur les flancs du Mont Méru. Elle y achète les meilleures fèves d'Arabica aux producteurs locaux. Des fèves qui sont normalement achetées par de gros producteurs de café pour un prix inférieur. Mais, en raison de ses racines norvégiennes, Beate a beaucoup de clients en Europe, ce qui lui permet d'offrir aux petits producteurs un prix plus élevé. Souvent jusqu'à trois fois plus que ce qu'ils toucheraient normalement. Les fèves sont torréfiées chez elle et donnent un produit à la fois fort et nuancé.

Ph. D.R.

Bien pour George Clooney

En Tanzanie, une sécurité sociale telle que nous la connaissons en Belgique est un rêve encore toujours inaccessible! Si vous êtes né avec un handicap physique, vous pouvez faire une croix sur une bonne éducation et un travail. Sauf si quelqu'un prend la peine de vous apprendre un métier. Et c'est précisément ce que fait Shanga.

Ph. D.R.

Shanga est une entreprise sociale qui est implantée en périphérie de la ville d'Arusha. Elle s'occupe de personnes handicapées et leur enseigne des compétences pratiques. Ce qui leur permet de fabriquer de magnifiques objets, comme de délicates figurines en verre, de magnifiques couvertures cousues à la main et des bijoux que l'on retrouve dans des boutiques parisiennes et au cou d'Amal Alamuddin lors d'un safari avec George Clooney, son mari. Vous trouvez ces créations dans la boutique de l'entreprise, où vous pouvez aussi vous offrir un des lunchs les plus délicieux de la ville.

La force des frites néerlandaises

La force des frites néerlandaises Saucisse au curry, chicken nuggets, croquette de viande et bitterballen..., le menu de la cantine de l'aire de jeux de l'IBES (Institute for Business, Entrepreneurship & social pedagogical Studies) ne laisse pas planer le moindre doute: c'est un morceau des Pays-Bas dans la lointaine Tanzanie! L'IBES est une organisation qui accompagne les jeunes hommes et les jeunes femmes après leur départ de l'orphelinat à 18 ans, moment où ils doivent désormais veiller à leur subsistance. Le projet a été lancé par Marion Hasselaar, une Néerlandaise qui reçoit pour le catering des ingrédients que lui envoie son fils, frituriste.

L'objectif principal de l'IBES est d'apprendre un métier aux jeunes et augmenter ainsi leurs chances d'avoir un avenir stable. Sur son terrain près d'Arusha, une école maternelle a été installée où les filles travaillent et obtiennent en même temps leur diplôme d'institutrice. Tandis que les garçons apprennent à fabriquer des jouets, qui sont installés dans l'aire de jeux colorée de l'organisation ou vendus en ligne.

En plus des rentrées générées par les inscriptions des petits élèves, l'aire de jeux ouvre aussi ses portes tous les week-ends aux familles du voisinage. Tout l'argent des billets, des croquettes de fromage et des paquets de frites profite directement à l'organisation.

Xavier Vuylsteke de Laps