Une rave-party réunissant 500 personnes interrompue par la police

Une rave-party réunissant 500 personnes interrompue par la police

Vendredi, «un rassemblement festif à caractère musical non déclaré était annoncé en Bretagne entre le vendredi 30 avril et le lundi 3 mai 2021», a indiqué la préfecture du département des Côtes-d'Armor dans un communiqué diffusé samedi matin.

«Grâce à la mobilisation des forces de police et de gendarmerie, le lieu d'implantation a pu être identifié avant une pleine prise de possession du site par les participants», selon la même source. Certains fêtards ont pu s'installer dans un champ sur la petite commune bretonne du Haut-Corlay.

«Un peu avant minuit, ils étaient plus de 500 sur site. Afin de prévenir de nouvelles arrivées, à 01h15 les gendarmes sont intervenus pour saisir le son», ont précisé les autorités préfectorales. Le nombre des participants a été revu à la hausse, il était de 300 lors d'une première estimation transmise à l'AFP.

De nombreux PV dressés

D'après la préfecture, il n'y a pas eu d'incident et plus de 300 infractions Covid, quatre infractions pour détention de stupéfiants et deux délits de conduite sous stupéfiants ont été constatés par les gendarmes. Contacté par l'AFP, le maire de cette commune de 600 habitants, Jean-Pierre Le Bihan, a indiqué que «l'on n'entendait plus de son» samedi matin.

La préfecture rappelle que les rassemblements festifs à caractère musical sont interdits jusqu'à lundi, lorsque la France commencera à lever très progressivement son confinement instauré à cause d'une nouvelle flambée épidémique.

«Police et gendarmerie (sont) mobilisées tout le week-end pour assurer le maintien de l'ordre public et le respect de ces dispositions», indique la préfecture sur twitter. Le soir du Nouvel an, une rave-party géante organisée non loin de là, à Lieuron, avait défrayé la chronique, avec environ 2.500 participants, soit le triple de la population de ce village.

Un déconfinement progressif

Le président Emmanuel Macron a esquissé jeudi les contours du déconfinement qui commencera lundi et se fera en quatre étapes d'ici fin juin. Ces assouplissements inquiètent toutefois certains spécialistes et acteurs de la santé, les indicateurs de l'épidémie restant à un niveau élevé malgré une légère décrue.

Plus de 300 personnes meurent encore quotidiennement en France, qui a comptabilisé vendredi près de 25.000 nouvelles contaminations, et près de 30.000 malades du Covid-19 sont actuellement hospitalisés. Au total, la pandémie y a fait plus de 104.000 morts.