Une nouvelle analyse par l'EMA du vaccin d'AstraZeneca attendue vendredi

Une nouvelle analyse par l'EMA du vaccin d'AstraZeneca attendue vendredi

L'EMA avait reconnu au début du mois un lien entre l'administration du vaccin et des cas très rares de formation de "caillots sanguins inhabituels associés à des plaquettes sanguines basses", désormais répertoriés comme "effets secondaires très rares".

Si les avantages du vaccin restent toujours largement supérieurs aux risques, l'agence poursuit ses investigations sur les effets secondaires en fonction de l'âge, du genre et d'autres facteurs de risque potentiels.

La Belgique fait partie des pays très demandeurs d'informations sur le risque d'effets secondaires par tranche d'âge. Elle avait suspendu le 7 avril dernier pour quatre semaines l'administration du vaccin aux moins de 56 ans.

Des indications sur la deuxième dose

Mme Kyriakides attend aussi, de la nouvelle analyse de l'EMA, des indications claires sur l'administration de la deuxième dose du vaccin. À cet égard, la piste d'une seconde dose utilisant un autre vaccin que l'AstraZeneca si ce dernier a été administré en première dose a déjà été évoquée par le ministre belge de la Santé publique Frank Vandenbroucke.

La commissaire chypriote compte sur une nouvelle réunion des ministres européens de la Santé la semaine prochaine pour établir une approche "cohérente" de la vaccination avec l'AstraZeneca ainsi qu'avec le Janssen (Johnson Johnson), pour lequel des effets secondaires très rares de caillots sanguins inhabituels associés à des plaquettes sanguines basses ont aussi été identifiés.

Par ailleurs, la Commission européenne envisage une action en justice contre AstraZeneca, dont les livraisons de vaccins anti-Covid sont nettement inférieures aux chiffres prévus initialement, indiquaient jeudi plusieurs médias.