Un tweet raciste, un licenciement et des excuses

Un tweet raciste, un licenciement et des excuses

Voilà ce qui est arrivé à une jeune américaine, Justine Sacco, en seulement trois jours. Cette responsable de communication du groupe de médias InterActive Corp (IAC), a été lynchée médiatiquement parlant, pour avoir posté un tweet raciste sur son compte avant d'embarquer pour un vol en Afrique du sud.  Le massage en question: "Je pars pour l'Afrique. J'espère que je ne vais pas attraper le sida. Je blague. Je suis blanche!", a alors été relayé durant tout son vol et ce n'est qu'après celui-ci que la principale intéressée s'est enfin rendu compte de l'ampleur de la situation. Justine Sacco a alors directement supprimé son compte Facbook et Twitter.

C'est également au même moment que la jeune femme apprenait son licenciement, son employeur se dissociant ainsi de toute la polémique en décrivant le tweet comme "agressif" et ne représentant pas les valeurs de l'entreprise. L'américaine, pourtant née en Afrique du sud, a alors présenté ses excuses dimanche dans le communiqué suivant: "Les mots ne peuvent pas dire à quel point je suis désolée et combien il est nécessaire que je présente mes excuses aux Sud-Africains" ajoutant "Il y a une grave crise liée au sida dans ce pays et malheureusement, il est très facile de parler de façon cavalière d'une épidémie à laquelle on n'a jamais été confronté directement" avant de conclure "Pour avoir évoqué cette crise qui ne fait aucune différence de race, de sexe ou d'orientation sexuelle et les millions de personnes qui vivent avec le virus de manière insensible, je suis honteuse".