Un nouveau variant inquiète la France : il est indétectable par les tests PCR

Un nouveau variant inquiète la France : il est indétectable par les tests PCR
tests PCR.

Un nouveau variant du coronavirus a été détecté en Bretagne, au sein d'un cluster à l'hôpital de Lannion (dans les Côtes-d'Armor), ont annoncé lundi soir les autorités sanitaires françaises. Cette mutation a été identifiée chez des patients présentant des symptômes de la covid-19 mais dont les résultats des tests PCR étaient pourtant négatifs. Seul un séquençage du génome a permis de déterminer qu'il s'agissait bien du coronavirus, mais donc d'une nouvelle souche, le «variant breton».

Une mutation suivie de près

Dans une note adressée aux professionnels de la santé, la Direction générale de la santé (DGS) précise que les premières analyses « ne permettent de conclure ni à une gravité ni à une transmissibilité accrues par rapport au virus historique ».

Des investigations approfondies sont menées afin de comprendre comment ces nouvelles modifications génétiques rendent ce variant indétectable par les tests virologiques, conduisant à un sous-diagnostic.

Potentiellement indétectable mais pas plus dangereux, ce nouveau variant a donc été classé dans la catégorie des mutations « à suivre » par les autorités sanitaires.

Pas détecté en Belgique

 «Actuellement, en Belgique, nous n'avons pas encore détecté ce variant breton», a indiqué Yves Van Laethem mardi lors de la conférence de presse sur l'état de l'épidémie dans le pays, rappelant au passage que des variants «naissent sans cesse dans toutes les parties du monde».

Comme tout virus, le SARS-CoV-2 mute naturellement afin d'assurer sa survie. À l'heure actuelle, il existe déjà plusieurs milliers de variations du nouveau coronavirus, qui se distinguent par de petites mutations dans le génome du virus. La communauté scientifique internationale suit attentivement ces variations, surtout celles qui pourraient devenir problématiques en raison de leurs caractéristiques génétiques.

Des tests à améliorer ?

Certains variants font donc l'objet d'une plus grande attention que d'autres, soit parce qu'ils sont plus transmissibles, comme le variant anglais, soit parce qu'ils sont agressifs, ou encore parce qu'ils pourraient passer sous le radar de nos moyens diagnostics.

Mais ce n'est pas parce qu'une nouvelle souche du coronavirus n'est pas détectable par certains tests PCR tels qu'utilisés actuellement qu'elle échappe à tous les tests. Certains dépistages peuvent rattraper ce que d'autres ne permettent pas d'identifier. «Il faudra donc revérifier ce qu'il en est dans les tests employés en Belgique et si nécessaire améliorer la performance, en la modifiant, de tests comme la PCR, ce qui peut se faire relativement aisément», selon Yves Van Laethem.

Lire aussi : Vacciner 70% de la population « ne suffira pas » face aux variants