Un dixième centre de vaccination ouvre ses portes à Bruxelles

Un dixième centre de vaccination ouvre ses portes à Bruxelles

Il s'agit du 10e et dernier centre de vaccination à ouvrir en Région bruxelloise. «C'est important d'avoir 10 centres pour la répartition géographique», a souligné Alain Maron. «On va déjà augmenter de 30% le nombre de doses injectées cette semaine, et donc cela justifiait aussi l'ouverture de ce centre. Puis, il y aura une montée en puissance des capacités dans tous les centres, avec une extension progressive des horaires.» Fin mai, il est question d'évaluer la possibilité d'ouvrir les centres 12 heures par jour et 7 jours sur 7.

5.000 vaccinés par semaine par les militaires

Le centre de vaccination de l'hôpital militaire est pour l'instant ouvert 5 jours par semaine, du lundi au vendredi, de 09h30 à 17h00. Dans un premier temps, il est prévu d'y vacciner 5.000 personnes par semaine. L'ambition est d'atteindre 1.600 personnes par jour. Les locaux sont ceux de l'ancien centre de transfusion sanguine de l'hôpital militaire, qui ont été convertis.

«Depuis le début de cette crise et depuis mon entrée en fonction, j'ai vraiment souhaité que la Défense soit active dans la lutte contre le virus», a fait valoir Ludivine Dedonder. «Nous avons été présents dans de nombreux centres de soins et hôpitaux et nous poursuivons notre action dans le cadre de la vaccination. Nous ouvrons aujourd'hui à l'hôpital militaire un centre de vaccination pour la Région bruxelloise. Il y a 70 militaires qui accueillent et vaccinent le public. C'est un centre qui est entièrement géré par les militaires. À côté de cela, nos militaires sont présents dans d'autres centres du pays pour apporter une aide logistique et nous avons également des équipes mobiles de vaccination.»

L'hôpital de Neder-Over-Heembeek se prépare à prendre en charge le conditionnement et la préparation des doses de vaccins destinées aux agents pénitentiaires et aux détenus. Il va aussi devenir le lieu de vaccination des Belges expatriés ne pouvant recevoir le vaccin là où ils vivent actuellement.

Lire aussi : Les 16-17 ans vaccinés dès les grandes vacances ?