Un cœur artificiel bientôt commercialisé en Europe

Un cœur artificiel bientôt commercialisé en Europe

Le cœur artificiel Carmat a été conçu pour aider les patients souffrant d'insuffisance cardiaque en phase terminale, dont l'espérance de vie est de moins d'un an. Cette prothèse intracorporelle permet de rétablir une circulation sanguine normale dans le corps en reproduisant l'action d'un cœur natif. Cette technologie, qui ne présente aucun risque de rejet, ne connaît aucun équivalent dans le monde à l'heure actuelle.

La première transplantation de ce cœur artificiel remonte à 2013. Elle a été suivie par des années d'études, d'essais cliniques (toujours en cours) et d'améliorations du dispositif. En décembre dernier, Carmat a finalement obtenu le marquage CE, soit l'autorisation de commercialiser sa prothèse dans l'Union européenne. La société espère un lancement commercial pour le deuxième trimestre 2021, d'abord en France et en Allemagne. D'ici trois ans, Carmat prévoit d'atteindre un rythme de production de 300 cœurs artificiels par an.

Pallier le manque de greffons

L'insuffisance cardiaque touche près de 26 millions de personnes à travers le monde. À l'heure actuelle, seule une transplantation cardiaque permet d'être sauvé de cette malade irréversible. Or, les donneurs sont rares. Le cœur artificiel de Carmat permettrait donc de pallier ce manque de greffons.

Lors des essais cliniques, les patients au cœur Carmat ont survécu plusieurs mois après l'implantation (un seul d'entre eux a réussi à survivre plus de deux ans), quand la durée moyenne de survie après une greffe tourne autour de 15 ans (e peut atteindre une vingtaine d'années).

Si le dispositif n'est pas encore capable de prolonger durablement la vie, il permet toutefois d'assurer une bonne qualité de vie et une solution aux patients en attente d'un greffon naturel.  

(or)

Comment fonctionne-t-il ?

Sa forme correspond à un cœur humain et il agit comme tel, c'est-à-dire comme une pompe. Avec un poids total de 900 grammes, il se compose de deux ventricules qui sont connectées aux oreillettes (par lesquelles arrive le sang) du patient.

Chaque cavité ventriculaire est divisée en deux : une partie contient le sang, une autre un fluide hydraulique. Grâce à un système de pompe miniature motorisée, la poche de fluide se vide et se remplit alternativement. Lorsque la poche de liquide se vide, le sang est aspiré dans le ventricule. Lorsqu'elle se remplit, le sang est propulsé dans les artères.

Quatre valves viennent compléter ce dispositif, permettant d'avoir un flux sanguin pulsatile unidirectionnel.

Ce cœur artificiel est alimenté par une batterie externe, reliée à la bioprothèse par un câble traversant la peau.

Lire aussi : Il recouvre la vue grâce à une cornée artificielle