« Tous les vaccins vont prévenir les cas de thromboses »

« Tous les vaccins vont prévenir les cas de thromboses »

Tant le vaccin Johnson & Johnson que l'AstraZeneca (tous deux de type adénovirus) seraient à l'origine de caillots sanguins, menant au décès dans 20 à 30% des cas. Effet secondaire rare des vaccins, ces thromboses sont associées à un faible taux de plaquettes.

Pour le vaccin J&J, on a recensé 1,9 cas de thrombose par million de doses administrées. Cinq cas par million de doses pour l'AZ. Le risque est extrêmement faible mais il existe. Et il est au centre de toutes les préoccupations des candidats au vaccin.

Pour les vaccins Pfizer et Moderna (de type ARN Messager) aucun cas de thrombose atypique (c'est-à-dire liée à la vaccination) n'a été recensé.

Plus de risques à cause de la Covid

La vaccination aurait plutôt tendance à protéger des thromboses, explique Jean-Michel Dogné, expert en sécurité des vaccins à l'agence belge des médicaments, au micro de RTL Info : « Quel que soit le vaccin, ils vont prévenir des thromboses. Comme on va prévenir des hospitalisations et que les hospitalisations covid sont associées à des thromboses, tous les vaccins vont prévenir des thromboses. »

Il y a donc  0.0005% de chance de développer une thrombose atypique en vous faisant vacciner avec l'AstraZeneca, mais 15% de chance d'en développer une si vous êtes hospitalisé pour une forme grave du coronavirus.

Par ailleurs, d'après une récente étude de l'université d'Oxford, 39 patients sur un million ont développé une thrombose du cerveau suite au Covid-19. D'après les chercheurs, le risque de développer une thrombose à cause du le Covid est huit fois plus important qu'après une vaccination.

Lire aussi : Une infirmière brise un flacon Pfizer et vaccine les patients à la solution saline