Test-Achats a testé les réparateurs de lave-linge

Test-Achats a testé les réparateurs de lave-linge

Pas toujours simple de savoir à qui se fier pour réparer un lave-linge défectueux à un prix correct. Devant les plaintes répétées de ses adhérents, Test-Achats a décidé de mettre à l'épreuve 19 services de réparation.

Principal constat: ceux qui apparaissent les moins chers au premier coup d'œil ne sont pas toujours les plus intéressants. Certains affichent ainsi des forfaits à 35 € ou 40 €. «Mais en pratique, des bas tarifs sont souvent compensés d'une manière ou d'une autre», prévient l'organisation de protection des consommateurs. Une arnaque fréquente consiste à remplacer une pièce du lave-linge à réparer par une autre qui n'a de neuve que le nom. «Pour une pièce de rechange récupérée sur un autre appareil, un réparateur n'a pas hésité à réclamer 70 €, alors qu'une neuve ne coûte pas plus de 25 €», pointe Test-Achats.

Une majorité de réparateurs honnêtes

Les cas qui ont posé problème alors de ces tests à l'aveugle sont toutefois minoritaires. Alors que neuf sociétés ont été sollicitées pour un problème de hublot, six ont rendu un service satisfaisant. Du côté des tarifs, en revanche, c'est assez aléatoire. Les réparateurs ont demandé en moyenne 87 € pour cet incident de hublot, avec un minimum de 65 € et un maximum de 115 €. Ce tarif correspond toutefois à un forfait. Ce qui veut dire que si la panne avait été plus sérieuse, le consommateur aurait été gagnant. Et sur les dix réparateurs testés sur un autre problème, plus sérieux, huit ont donné satisfaction. «Il n'y a pas que des cowboys chez les réparateurs, loin de là», conclut Test-Achats. Il faut simplement être prudent vis-à-vis des sociétés dont la tarification manque de clarté. Pour éviter les soucis, Test-Achats recommande d'exiger une facture détaillée.

Lutter contre l'obsolescence programmée

Pour Test-Achats, la réparation d'un appareil électroménager doit rester abordable au cours des dix premières années, afin de ne pas inciter les consommateurs à acheter de nouvelles machines. Pourtant, plus de 70% des machines signalées au point de contact de l'organisation de protection des consommateurs ont moins de 5 ans. Elle appelle à lui signaler les produits, marques et modèles qui posent problème peu de temps après l'achat. Ces informations aideront à cibler les prochains tests, et ainsi mettre la pression sur les constructeurs les moins scrupuleux.