Suspension du prononcé pour avoir envoyé des sex toys à sa voisine

Suspension du prononcé pour avoir envoyé des sex toys à sa voisine

Un Athois né en 1960 a bénéficié de la suspension du prononcé de la condamnation pour une durée de cinq ans, jeudi, devant le tribunal correctionnel de Tournai où il était poursuivi pour faux, usage de faux et harcèlement. Pendant plus de six ans, l'homme a commandé des sex toys au nom de sa voisine qu'il appelait de manière anomyme au téléphone en tenant des propos salaces. Le corbeau avait identifié après avoir été surpris en train de se masturber dans une haie séparant les deux habitations.

Un jeune couple qui avait acheté une maison dans la campagne athoise en 2002 affirme avoir vécu l'enfer de 2008 à 2014. Dès 2008, la jeune femme recevait des colis contenant des objets érotiques et de nombreux coups de fils à connotation sexuelle d'un inconnu qui avait réussi à obtenir son numéro de portable et celui de son mari.

Finalement, en mars 2014, l'auteur des coups de fil a été identifié. Il s'agissait du voisin qui avait été vu en train de se masturber entre les deux propriétés. Entendu, le suspect a nié les faits avant de reconnaître des pulsions envers sa jeune voisine. Il avait avoué la rédaction de faux pour commander les objets érotiques au nom de sa voisine.

Cependant, il avait contesté s'être masturbé. Selon son avocat, seul son monde imaginaire lui donnait une certaine forme de puissance, source d'un certain narcissime. Depuis deux ans, l'individu suit une thérapie.