Sexe, torture, cannibalisme : Les dessous des comptines françaises

Sexe, torture, cannibalisme : Les dessous des comptines françaises

« Au clair de la lune », « Nous n'irons plus au bois », « Il court, Il court le furet », ces comptines françaises devraient-elles être classées X ? C'est l'idée soumise par le site Sens Critique qui a décortiqué les paroles de ces célèbres chansons pour enfants. Et si vous aviez l'habitude de les chanter machinalement ou de les apprendre à vos enfants, vous risquez désormais de les voir d'une toute autre manière.

« Nous n'irons plus au bois. Les lauriers sont coupés. La belle que voilà, ira les ramasser. (…) Sautez, dansez, embrassez qui vous voudrez ». Derrière cette comptine vieille de 400 ans, ne se cache pas un remake du Petit Chaperon Rouge, mais plutôt la fermeture des maisons closes par Louis XIV dont la porte était surmontée de lauriers. Même chose pour « Au clair de la lune » dans laquelle le personnage est en quête d'une bonne âme pour rallumer le feu de sa chandelle morte. Dans sa version originale, cette comptine est remplie de connotations sexuelles et la chandelle morte n'est autre que le pénis au repos. Quant à « Il court, il court, le furet », il s'agit d'une contrepèterie anticléricale qui signifie plutôt « Il fourre, il fourre, le curé ».

D'autres thématiques sont également évoquées dans les comptines françaises. « Il était un petit navire » par exemple raconte comment des marins en manque de nourriture tirèrent à la courte paille celui qui serait mangé. « Au bout de cinq à six semaines, Les vivres vin- vin- vinrent à manquer Ohé ! Ohé ! On tira à la courte paille, Pour savoir qui, qui, qui serait mangé, Ohé ! Ohé ! Le sort tomba sur le plus jeune, Le mousse qui, qui, qui s'mit à pleurer Ohé ! Ohé ! » Après le cannibalisme, c'est la torture qui pourrait être le thème principal de la chansonnette « Une souris verte ». Ecrite à l'époque de la Révolution française, la souris verte serait un soldat vendéen capturé par les Républicains, attrapé par la queue et plongé dans l'huile et dans l'eau. Vous en voulez encore ? Sens Critique en recense beaucoup d'autres.