Quel est le véritable impact écologique des tickets de caisse ?

Quel est le véritable impact écologique des tickets de caisse ?

En novembre dernier, deux faits marquants ont laissé penser que le ticket de caisse pourrait bientôt être de l'histoire ancienne. Tout d'abord, le Sénat a adopté une proposition de résolution prônant la suppression du ticket de caisse. Une semaine plus tard, c'est la députée wallonne Christine Mauel (MR) qui a soumis une proposition de décret prévoyant la fin de l'impression systématique des tickets de caisse d'ici la fin de l'année 2022.

L'impact écologique des tickets de caisse

Il n'existe pas de statistiques précises en Belgique concernant les tickets de caisse. En Grande-Bretagne, 11,2 milliards sont imprimés chaque année, ce qui représente 87.000 arbres abattus. En France, GreenTicket estime quant à lui que 30 milliards de tickets sont imprimés chaque année dans l'Hexagone. « C'est l'équivalent de 250 millions d'arbres abattus et de 950 millions de litres d'eau par an selon nos calculs », a indiqué le fondateur de cette startup à Libération. D'autres données, qui semblent être plus réalistes, indiquent qu'environ 12,5 milliards de tickets de caisse seraient imprimés chaque année en France, ce qui représenterait 150.000 tonnes de papier.

S'il est difficile d'avoir des statistiques exactes, l'impact sur l'environnement de l'impression de tickets de caisse est bien réel. Mais ce n'est pas tout. C'est un élément moins connu mais la composition du ticket de caisse est également très problématique. En effet, ils ne sont pas imprimés sur du papier ordinaire mais bien sur un papier thermique qui contient du bisphénol A (BPA), qui est un perturbateur endocrinien, ou des substituts comme bisphénol S (BPS) et le bisphénol F (BPF). D'ailleurs, de nombreuses personnes le jettent dans leur poubelle à papier mais le ticket de caisse n'est pas recyclable.

Les défenseurs du ticket de caisse

Actuellement, de nombreux commerçants demandent déjà à leurs clients s'ils souhaitent, ou non, recevoir le ticket de caisse. Et force est de constater que beaucoup de citoyens y tiennent encore à leur ticket. Lors de l'achat de quelques produits, on peut très bien s'en passer. Mais, après avoir fait les courses, une bonne partie de la population vérifie son ticket de caisse à la recherche d'éventuelles erreurs. En dehors des produits alimentaires, le ticket de caisse est synonyme de garantie et de preuve d'achat pour un éventuel échange. Sans ticket de caisse, l'échange d'un produit ou d'un vêtement pourrait vite devenir un véritable parcours du combattant. Si le ticket de caisse en papier disparaît, les commerçants devront donc s'adapter pour proposer une alternative à la fois meilleure pour l'environnement et satisfaisante pour les consommateurs.

La version numérique, une fausse bonne idée ?

Pour remplacer le ticket de caisse en papier, l'alternative la plus « évidente », et celle qui est déjà proposée par certaines boutiques, est la version numérique envoyée par e-mail. Si le ticket de caisse électronique ne nécessite pas l'abattage d'arbres, son impact écologique est loin d'être nul. En effet, qu'il soit envoyé par e-mail ou stocké sur un serveur afin d'être consulté à distance, le ticket de caisse numérique a bel et bien une empreinte écologique. Une autre alternative serait l'obligation d'imprimer les tickets de caisse sur du papier recyclé. Certaines enseignes le font déjà. Ces tickets sont reconnaissables par le label « FSC mixte » ou « FSC recyclé » qui est apposé dessus. Si ces tickets sont plus écologiques et qu'ils peuvent être recyclés, ils ont malgré tout eux aussi un impact écologique.

Dans un premier temps, avant que le ticket de caisse ne disparaisse complètement, il est fort probable que la Belgique adopte l'impression du ticket de caisse à la demande. Depuis quelques années, de nombreux pays comme les Pays-Bas, l'Espagne ou le Danemark ont adopté cette méthode. Dans ces pays, les commerçants n'impriment pas un ticket de caisse sans avoir demandé au client s'il en a besoin ou non.

Ce n'est pas demain que le ticket de caisse disparaîtra complètement en Belgique. En attendant, si vous souhaitez faire un geste pour la planète, vous pouvez d'ores et déjà le refuser lorsqu'il n'est pas indispensable.

Thomas Wallemacq