Pour cet épidémiologiste, "il n'y aura pratiquement plus d'hospitalisations" à partir de fin mai

Pour cet épidémiologiste, "il n'y aura pratiquement plus d'hospitalisations" à partir de fin mai

Luc Bonneux est de ceux qui se veulent rassurants au sujet du coronavirus. Certes la situation des dernières semaines était préoccupante, mais l'épidémiologiste garde l'espoir et envisage toujours un été paisible. « Ce sera peut-être plutôt à la fin du mois de mai, mais à la mi-mai, je m'attends à ce que le nombre d'admissions à l'hôpital soit au moins divisé par deux, voire davantage. Fin mai, la pression redeviendra normale et il n'y aura pratiquement plus d'hospitalisations », déclare-t-il dans un article de HLN relayé par Sudinfo.

Selon cet expert, la météo va sans aucun doute jouer un rôle dans la lutte contre la Covid-19 et ces variants. Il prend l'exemple de l'année passée : « Nous avons eu un temps plus chaud et sans trop d'efforts, nous avons été débarrassés du virus pendant l'été ».

"Un répertoire limité de variants"

M. Bonneux estime aussi qu'il ne faut pas surestimer la puissance des mutations du coronavirus. « En fin de compte, le coronavirus n'a qu'un répertoire limité de variations et il y a bon espoir que les vaccins seront également capables de faire face aux variantes à long terme ».

La vaccination est dès lors l'arme à utiliser pour endiguer le virus : « Non seulement les vaccins protègent contre les symptômes graves de la Covid-19, mais ils entravent également considérablement la propagation du virus », conclut-il.

Lire aussi: Yves Van Laethem promet « un été au moins du même niveau que celui de l'an passé »