PHOTO. Cette campagne de "jemevaccine.be" choque le secteur de l'horeca

PHOTO. Cette campagne de "jemevaccine.be" choque le secteur de l'horeca

En consultant le site « Jemevaccine.be », vous avez sans doute lu les nombreux messages invitant les gens à aller se faire vacciner. "Me vacciner, pourquoi ? Pour serrer qui je veux dans mes bras, à n'importe quelle heure du jour et de la nuit, voyager librement, retrouver les salles de concert, les salles de cinéma, le folklore, les cafés, les restaurants, les amis en vrai. Cela semble loin aujourd'hui, mais on s'en rapproche. Avec le vaccin, c'est pour bientôt", peut-on lire d'entrée de jeu sur le site internet.

Une "instrumentalisation"

Mais cette campagne s'étend aussi dans les rues, et c'est par ce biais que Maxence Van Crombrugge, du collectif horeca Wallonie, a découvert l'argument: "Pour manger au resto demain, je me vaccine." Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il a été choqué par cette "instrumentalisation".

Pour lui, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. L'homme qui est à la tête de quatre établissements dans le Brabant wallon ne digère vraiment pas cette campagne de com', qu'elle vienne de la Cocom, des Régions wallonne et bruxelloise ou encore de la plus grande ville de Wallonie. Il explique: " Je suis choqué de cette campagne de promotion de la vaccination qui instrumentalise le secteur de l'horeca. Ils osent nous associer à leur politique sanitaire. Il n'est pas question de nous utiliser pour faire la promotion d'un médicament."

Retrouvez son entretien dans son intégralité sur le site web de Sudinfo.

Lire aussi: Le collectif «Wallonie Horeca» fait marche arrière, pas de terrasses ouvertes le 1er mai