Partie pour avorter, son bébé atteint d'une maladie rare naît miraculeusement vivant

Partie pour avorter, son bébé atteint d'une maladie rare naît miraculeusement vivant
lorsqu'elle apprit que celui-ci était atteint du syndrome d'Edwards. Ses chances de survie étant infimes, la jeune maman prend la difficile décision d'avorter à 18 semaines. Au cours de l'opération, il est miraculeusement né en vie. Malheureusement, les parents n'ont pu passer que quelques heures avec leur nouveau-né avant qu'il ne s'éteigne.

Loran et son partenaire Scott ont connu un événement traumatisant le 9 avril dernier. La jeune femme de 27 ans était enceinte de son quatrième enfant, quand des tests ont révélé qu'il était atteint du syndrome d'Edwards. Il s'agit d'une maladie très rare chez les bébés qui ont un 18e chromosome. Seulement 13 bébés sur 100 atteints par ce syndrome atteignent leur premier anniversaire.

La maladie a été détectée après 15 semaines et les parents ont décidé, en accord avec les médecins, de provoquer l'accouchement après seulement 18 semaines. Le petit Kiyo Bleu Watson est né vivant le 9 avril à 15h50, pesant 150g seulement. Les médecins ont été très étonnés de constater que le cœur du bébé battait après sa naissance, pensant qu'il allait naître mort-né.

« C'était une torture »

« Je pensais avoir fait le plus dur quand j'ai pris la décision d'avorter, mais je me sens dix fois pire. J'ai dû regarder les battements de son cœur ralentir et voir la vie s'échapper de lui. Le voir mourir était une torture », témoigne-t-elle auprès du Sun. Toutefois, les parents ont pu passer une dizaine d'heures avec leur fils, avant que celui-ci ne s'éteigne.

Désormais, elle regrette d'avoir provoqué cet accouchement, se disant qu'il aurait peut-être pu survivre. « Je n'ai même pas de mot pour exprimer l'horreur de ce que je ressens. J'ai lu qu'une personne avait vécu jusqu'à 40 ans avec ce syndrome. Maintenant je me demande s'il aurait pu survivre. Si j'avais su qu'il serait né vivant, j'aurais probablement pris une autre décision », conclut-elle.

Lire aussi : Elle attendait des septuplés mais accouche de neuf bébés